Filinfo

Foot

Wydad-Espérance: qui sont les rescapés de la finale de 2011?

© Copyright : DR
En 2011, le Wydad s'inclinait en finale de Ligue des Champions face à l'Espérance Tunis (0-0, 1-0). Près de 8 ans plus tard, 2 rescapés vivront celle de 2019. Qui sont-ils?
A
A

Deux joueurs convoqués pour la finale Wydad-Espérance de ce soir ont vécu celle de 2011, remportée par les Tunisiens. Le portier des Sang et Or Moez Ben Chérifia (27 ans), et le latéral droit et capitaine, Khalil Chemmam (31 ans).

Ces deux joueurs étaient alors titulaires lors des deux finales, le 6 novembre au Complexe Mohammed V, puis 6 jours plus tard au Stade olympique de Radès. Ils sont par ailleurs, tous deux formés au club de Tunis.

Du côté du Wydad, il n’y a aucun rescapé. La génération des Ajeddou, Rabeh, Ondama et autres Lamyaghri a laissé place à celle des Ounajem, Saidi, El Moutarajji et autres El Karti. 

Les deux équipes se retrouvent, 8 ans plus tard, en finale de la reine des compétitions africaines de clubs, ce soir au complexe Moulay Abdellah de Rabat à 22 heures. Le Wydad prendra-t-il sa revanche?

 

 

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

EST-WAC: la CAF écarte les Marocains et les Tunisiens de la CAN

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Ce que le président de l'Espérance a dit à Ahmad Ahmad

Foot Interview
Foot Interview

Exclu360. FUS, Botola, Wydad, Lions de l’Atlas… Hamza El Hajoui à coeur ouvert


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

La corruption gangrène le foot camerounais

Renard «espionne» les éléphants

Infantino lâche Ahmad Ahmad

Le harcèlement éclabousse la CAN

Majorque n’a pas oublié Badou Zaki

Les Marocains conjurent le sort du 1er match

Trop d’adrénaline chez les Pharaons?

Le Mondial féminin a mal à la VAR

La FIFA, c'est la Banque mondiale du foot

Trop chère CAN 2019