Filinfo

Foot

Y a-t-il eu un team Fouzi Lekjaa-El Omari?

© Copyright : DR
Kiosque360. C’est un travailleur acharné, stratège hors pair aux manœuvres méthodiques à qui tout réussit, même s’il a bénéficié d’un coup de pouce de l’ancien homme fort du PAM, Ilyas El Omari. Tels sont les éléments du portrait dressé à Fouzi Lekjaa par le magazine Jeune Afrique.
A
A

Dans un portrait très fouillé publié par le magazine Jeune Afrique sur le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa, on apprend que ce dernier a bénéficié de l’appui de son mentor, Ilyas El Omari, l’ancien patron du PAM, qui a joué un rôle clé dans son élection et son maintien à la tête de la Fédération royale marocaine de football. Est-ce là l'une des explications de la présence surprise d'El Omari au stade Houphouet-Boigny d'Abidjan lors de la victoire qualificative des Lions de l'Atlas au Mondial russe?

Selon le quotidien Al Massae du 11 septembre, Lekjaa, un fils de la ville paisible de Berkane, est né au sein d’une famille de la classe moyenne, avec un père qui était enseignant de la langue arabe et d'une mère parente d'un homme politque historique. Self-made-man, Lekjaa doit son ascension à son effort personnel qui l’a propulsé au poste d’inspecteur du ministère des Finances, écrit le magazine.

En 2011, ce diplômé de l’École nationale d’administration (ENA) devient le plus jeune directeur du Budget au sein du ministère des Finances. Deux ans auparavant, il est nommé à la tête du club de la RS Berkane, au moment où la FRMF est entre les mains de Ali Fassi Fihri, qui venait de remplacer l’ancien homme puissant du football marocain, Hosni Benslimane.

Selon Jeune Afrique, repris par Al Massae, Lekjaa et Ilyas El Omari décident alors d’empêcher Ali Fassi Fihri de se présenter à un second mandat et écarter le seul concurrent, Abdelilah Akram, de la course à la présidence de la FRMF. Banco!

Le stratagème va marcher et Lekjaa sera propulsé à la tête de la FRMF en 2013, malgré une première opposition de la FIFA. Dès son arrivée, il impose son style et lance de gros chantiers pour restructurer le football marocain.

En 2017, quand Ilyas El Omari quitte son poste à la tête du PAM, on spéculait sur un départ de Lekjaa de la FRMF. Que nenni puisque l’homme n’a cessé de consolider son pouvoir au sein de la fédération et au cœur de la CAF, au point de s’attirer les foudres quand il sera soupçonné de manœuvrer dans les coulisses pour évincer le Cameroun de l’organisation de la CAN 2019.

Enfin, l’inoxydable, comme le qualifie Jeune Afrique, a toujours su déjouer les pièges pour renaitre et se défendre contre les coups bas, manigancés dans l’ombre des luttes pour le pouvoir.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Algérie-Maroc
Foot Contrôles antidopage

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous