Formulaire de recherche

Forcé de jouer pour la réserve du PSG, Ben Arfa saisit la LFP

Ben Arfa et Khellaifi

© Copyright : DR

Posté le 29/09/2017 à 21h00 par Fayçal Ismaili (Mise à jour le 29/09/2017 à 21h17)

Kiosque360. Puni par la direction du club, en étant renvoyé en équipe réserve du Paris Saint Germain, l’ancien international français Hatem Ben Arfa ne veut pas rester les bras croisés. Mécontent de cette décision, l’ancien milieu offensif de l’Olympique de Marseille a saisi la Ligue de football professionnelle (LFP) dans l’espoir d’être réintégré.

Hatem Ben Arfa ne s’avoue pas vaincu. L’ancien milieu offensif de l’Olympique de Marseille et de l’Olympique Lyonnais ne veut pas se résigner à joueur en division inférieure, lui qui a été forcé par la direction du Paris Saint Germain à jouer pour l’équipe réserve. Il a au contraire décidé de contrattaquer en saisissant la Ligue de football professionnel (LFP) française, rapporte le site eurosport.fr dans un article publié ce vendredi 29 septembre.

Le site sportif rappelle que celui qu’on appelle HBA, et qui est sous contrat avec le club parisien jusqu’en juin 2018, n’est plus apparu sur une feuille de match de son équipe depuis le 9 avril, lors d’un match de Ligue 1 face à Guingamp. Un match qu’il avait pourtant vécu depuis les bancs. Très mécontent de sa situation, le joueur d’origine tunisienne a contrattaqué. Son avocat a saisi la commission juridique de la LFP afin de demander ni plus moins que sa pleine réintégration permanente au groupe pro.

"On demande que le club respecte ses obligations. Là, il y a une rétrogradation très nette des conditions de travail de Hatem", regrette l’avocat du joueur,  Maître Jean-Jacques Bertrand qui ajoute: "Ce qui était présenté comme une mesure temporaire est en fait du permanent déguisé". «Surtout que l'avocat de Ben Arfa estime que le PSG viole la charte du football professionnel en écartant son poulain du groupe professionnel et de ses installations d'entraînement», précise pour sa part le site sportif français.

Posté le 29/09/2017 à 21h00 Par Fayçal Ismaili