Filinfo

Foot

Mondial 98: après avoir parlé de «magouilles», Platini rétropédale

© Copyright : DR
Kiosque360. Après avoir admis une «magouille» lors de la préparation du calendrier de la Coupe du Monde 1998 en faisant en sorte que le Brésil et la France ne puissent se retrouver qu’en finale, Michel Platini vient de se rendre compte qu’il a commis une énorme bourde qu’il tente désormais de rectifier.
A
A

«Quand on a organisé le calendrier, on a fait une petite magouille…». C’est la phrase qu’a prononcée l’ancienne gloire du football français, Michel Platini, lors d’une interview accordée cette semaine. La «magouille» dont parle Platoche, c’est la tentative des organisateurs de faire en sorte que le Brésil et la France ne se retrouvent qu’en finale de la compétition.

Cette «révélation» a aussitôt fait jazzer et celui qui était à l’époque co-président du Comité français d'organisation (CFO) du Mondial 1998 tente désormais d’éteindre l’incendie qu’il a lui-même déclenché, rapporte le site foot01.com dans un article publié ce dimanche 20 mai.

«Plus que le fond, c’est surtout la forme qui est mise en cause» dans les propos formulés par l’ancien président de l’UEFA, indique le site sportif. C’est d’ailleurs l’usage du mot «magouille» qui a du mal à passer. Pour foot01.com, «ce dernier mot a fait tousser pas mal de monde, certains étant persuadés que Michel Platini a toujours du mal à digérer la victoire de l'équipe de France en 98 et a dérapé».

Pour tenter d’éteindre l’incendie, Michel Platini a dépêché un de ses conseillers en communication, Jean-Christophe Alquier, pour faire une sortie dans le journal L’Equipe. «Quand j’ai vu vendredi la vidéo, je me suis dit “oh putain”. Lors de cette conversation de copains à l’antenne, Michel ne fait pas attention au vocabulaire. Or le mot “magouille” est totalement inadapté pour qualifier un usage. Et il en a parfaitement conscience, puisqu’il me l’a dit vendredi. Michel est brut de décoffrage, d’une spontanéité incroyable. Mais c’est ce qui fait sa singularité et sa force.

Chez les grands dirigeants, il y a les politiques, qui ne tombent jamais car ils ont l’obsession de conserver leur pouvoir. Et les visionnaires qui sont plus poètes, plus “free style”. Mais avec eux, il y a souvent de la casse. Voilà…», a confié ce dernier.

Par Fayçal Ismaili
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Equipe de France
Foot Equipe de France

Michel Platini désigne son Ballon d’Or

Foot France
Foot France

Platini fan de Mbappé mais…

Foot VAR
Foot VAR

Michel Platini tire sur la FIFA et la VAR


1 commentaires /

  • nono
    Le 21 May. 2018 à 00h20
    Avec tous ça c'est Benzema l'escroc pas fréquentable.
    Cela me rappelle un match Algérie Allemagne.
    Moralité les blancs ne sont pas fréquentable.
    Au faites Monsieur platini ou on est votre affaire?
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

L'enfer du décor. Talib et le DHJ: ces dirigeants ingrats!

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Kiosque

Le Qatar associerait l’Iran au Mondial 2022

Où va l'argent du football?

La menace de trop contre Fakhir

Le Hassania d'Agadir parle leadership

Vers un 6e Ballon d’or pour Ronaldo?

C'est parti pour les coupes de la CAF

Maroc-Cameroun, ça se prépare

Banzarti de retour au Wydad?

Au Barça, la politique gêne le foot

Alami débloque un budget pour les JO 2020