Formulaire de recherche

Thiago Silva, «O MONSTRO» de papier

Thiago Silva, capitaine du PSG

© Copyright : DR

Posté le 09/02/2018 à 20h39 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. Capitaine du Paris Saint-Germain depuis novembre 2012, l’international brésilien Thiago Silva ne fait pas pour autant l’unanimité dans les vestiaires. Son caractère introverti ainsi que ses performances irrégulières font grincer bien des dents du côté du camp des Loges.

Le défenseur central et capitaine du Paris Saint-Germain, Thiago Silva, est de plus en plus critiqué. Sa stature de capitaine n’a jamais été aussi contestée, à en croire un article publié ce vendredi 9 février par le site du journal Le Parisien. «L’international brésilien du PSG ne fera jamais l’unanimité autour de son nom. Sa personnalité clivante divise même à l’intérieur du vestiaire parisien», estiment nos confrères, pour qui la longévité de celui que ses fans qualifient d’O Monstro (Le monstre, ndlr) n’est en réalité qu’un trompe-l’œil.

Dominique Bathenay, ancienne star du PSG et détenteur du record du nombre de capitanats dans l’histoire du club, ne ménage pas le Brésilien: «Thiago Silva est un très bon joueur mais je mets en doute ses capacités de leader de son équipe». Des reproches que l’on retrouve également du côté des vestiaires. Silva serait ainsi critiqué pour sa personnalité qualifiée d’«introvertie et peu fédératrice». L’homme est également critiqué pour sa complicité avec les dirigeants qataris du club. Enfin, sa fragilité émotionnelle est également citée par ses détracteurs.

«Unai Emery l’a appris à ses dépens lors du match retour contre le FC Barcelone (6-1)», rappelle à juste titre Le Parisien. Alors que l’entraîneur basque des Parisiens avait ordonné à ses joueurs de défendre très haut lors de ce huitième de finale retour de ligue des champions, Silva avait décidé de faire autrement. «Délibérément ou paralysé par la peur, Silva avait alors bafoué les consignes de l’entraîneur espagnol en faisant outrageusement reculer le bloc défensif. Un sérieux coup de canif dans le contrat de confiance entre le coach et son capitaine », estime le journal français.

Posté le 09/02/2018 à 20h39 Par Fayçal Ismaili