Filinfo

Handball

Hand: des retrouvailles France-Norvège en finale du Mondial 

Les Norvégiens en liesse après leur victoire sur la Croatie en demi-finale de Mondial de hand à Paris-Bercy, le 27 janvier 2017. © Copyright : DR
Gare à la tornade nordique ! Pour décrocher une sixième étoile lors de "leur" Mondial, les handballeurs français devront venir à bout de la Norvège, qualifiée pour sa première finale au terme d'un match insensé contre la Croatie (28-25 a.p.), vendredi à Paris.
A
A

enants du titre, hôtes de la compétition et déjà vainqueurs des Scandinaves au tour préliminaire (31-28), les Bleus seront les grandissimes favoris de cet épilogue organisé à Bercy. C'est dans la mythique salle de la capitale que les "Costauds", emmenés par Jackson Richardson, s'étaient parés de la couronne mondiale en 2001. Les deux derniers rescapés de cette épopée, Daniel Narcisse (37 ans) et Thierry Omeyer (40 ans), ne sont plus très loin de revivre ces réjouissances à domicile.

Mais pour faire vibrer les 15.700 spectateurs du nouveau POPB (AccorHotels Arena), il faudra réussir à battre la même équipe une deuxième fois, un défi jamais évident. D'autant que les Français avaient dû batailler ferme pour contenir la fougue du prodige Sander Sagosen (4 buts contre la Croatie), futur demi-centre du PSG, et de ses partenaires (31-28). Mais la fatigue risque d'avoir son importance. Les Français auront eu deux jours pour récupérer avant la finale.

Les Norvégiens, un seul, et ont déjà dépensé beaucoup d'énergie pour venir à bout de la Croatie, championne du monde 2003.
Grâce à leur gardien Torbjorn Bergerud, auteur de 16 arrêts dont un à la fin du temps réglementaire (22-22) sur un penalty de l'ailier droit Zlatko Horvat, ils ont néanmoins réalisé le plus beau coup de leur histoire. 

Parcours déroutant
Car dans ce pays où les handballeuses sont reines, les garçons n'avaient encore jamais remporté de médaille. Si l'équipe masculine est en plein essor, son parcours jusqu'en finale aura été des plus déroutants. Sans une invitation (wild card) de la Fédération internationale (IHF), elle n'aurait pas dû participer à ce 25e Championnat du monde. Ses progrès constatés lors de l'Euro-2016 ont pesé dans le choix de l'IHF. En Pologne, les hommes de Christian Berge avaient atteint pour la première fois les demi-finales d'un tournoi, en battant au passage la France (29-24). 

Mais ils avaient terminé à la plus mauvaise place (4e). Non-qualifiés pour les Jeux de Rio, ils se sont bien rattrapés depuis grâce à un jeu spectaculaire et rapide.  Mêmes entamés physiquement, les Norvégiens tenteront très certainement le tout pour le tout en misant sur des atouts comme Bergerud, Sagosen, le remarquable finisseur Kristian Bjornsen (5 buts) ou l'expérimenté pivot Bjarte Myrhol, décisif en fin de partie face à la Croatie. Mais il leur faudra renverser des montagnes pour empêcher les Français de soulever un onzième trophée. L'expérience des Bleus risque de peser lourd dans la balance sans parler du soutien du public.

 

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Handball Championnat du monde de Handball
Handball Championnat du monde de Handball

En stage en Espagne, des handballeurs marocains disparaissent dans la nature

Handball Championnat du monde de Handball
Handball Championnat du monde de Handball

Mondial de Handball: l'Allemagne en plein naufrage, éliminée par le Qatar en 8e de finale


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

La Maroc s'en sort avec une médaille d'or

Le MAT tourne la page Abroun

Botola: l'inégalité des chances programmée

Russie 2018 passe le témoin à Qatar 2022

L'endurance croate donne une peur bleue

FRMF: les rapports et les leçons du Mondial

La CAF fuit la VAR comme la peste

Les Bleus misent finalement sur Pogba

Le Raja renoue avec ses vieux démons

El Kaabi en Chine, l'Atletico voit rouge