Filinfo

Foot

LDC: Zidane de retour à Turin

© Copyright : DR
Deux titres de champion d'Italie, deux finales de Ligue des Champions, un Ballon d'Or: les cinq saisons de Zinedine Zidane à la Juventus ont été celles d'un apprentissage et c'est comme si le club turinois avait simplement servi d'antichambre au Real Madrid, le club de sa vie.
A
A
Zidane est revenu à Turin comme joueur du Real en 2003 et il a déjà affronté la Juve en tant qu'entraîneur, lors de la finale de Ligue des Champions remportée la saison dernière par les Merengue à Cardiff (4-1). Ce soir, en quart de finale aller de cette même C1, le Français prendra place sur le banc du Real au Juventus Stadium et la boucle sera bouclée.

Avant la finale 2017, sa réponse en italien à une question sur ses souvenirs turinois avait involontairement résumé la place occupée par chacun de ces deux immenses clubs dans sa carrière.

"Je suis devenu un homme à Turin. Je serai toujours juventino dans le corazon (cœur en espagnol, ndlr). Non, dans le cuore (cœur en italien, ndlr), excusez-moi."

Zidane a donc plutôt le cœur en Espagne et à Madrid, mais la Juventus, où il a débarqué à 24 ans, a été le club où il a perfectionné son football et libéré son talent, dans un environnement dépassionné, propice à la progression.

A Turin, Zidane a aussi commencé à bâtir son monstrueux palmarès, développant cette "culture de la gagne" importée d'Italie chez les Bleus, où la Serie A était alors surreprésentée. "Ce goût pour la victoire, c'est une prédisposition naturelle évidente. Mais il est clair que c'est aussi quelque chose qu'il a cultivé à la Juventus", estime Marcello Lippi.

Pourtant, si Zidane a appris de la Juve et si Turin a admiré Zidane, il n'y a pas eu non plus vraiment de grand amour. Dès 1999 et la fin de sa troisième saison, le joueur confirmait d'ailleurs dans France Football le peu de goût de sa femme Véronique pour la ville et reconnaissait qu'il n'y "finirait pas ses jours".

Au contraire, c'est bien à Madrid que Zidane et son épouse d'origine espagnole se sont posés à la fin de sa carrière de joueur, en 2006. Installé dans le nord de la capitale, près du lycée français où ses fils ont été scolarisés, le Français s'est fondu dans le mode de vie à l'espagnole. "Je vis ici depuis longtemps, même si on ne dirait pas parce que mon espagnol est affreux", plaisantait-il y a deux ans. "Mais j'ai quelque chose d'espagnol en moi. J'ai une relation très spéciale avec les Espagnols."

A l'heure d'affronter la Juventus, Zidane a aussi rappelé que le Real était "le club de (sa) vie". Mais retrouver Turin et les Bianconeri sera forcément spécial. "J'aurais aimé éviter la Juve, pour plein de choses", a-t-il d'ailleurs avoué.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Vidéo. Le Real n'a pas besoin de Ronaldo

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Vidéo. Sans CR7, la Juventus s'impose à Valence

Foot Real Madrid
Foot Real Madrid

Pérez rêve d'une 14e Ligue des champions


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Guendouzi préfère être coq que Lion

Un demi-millier de litiges soumis à la FRMF

Sektioui joue sa dernière carte au WAC

Les titres anglais tirent sur City

L’effet Ziyat se fait déjà ressentir au Raja

Les tickets WAC-Sétif acquis au forceps

Neuf joueurs du MAT portés disparus

Pérez veut une finale contre le Barça

Le Mondial moins coûteux que la Botola

Le boxeur Aït Moussa tué par le laxisme