Filinfo

Foot

Pourquoi José Mourinho n'est plus spécial?

José Mourinho n'est plus si spécial © Copyright : DR
Man Utd sorti de la Ligue des champions par le FC Séville, les regards se tournent désormais vers José Mourinho, coupable d'avoir dénaturé l'ADN offensif du club au profit d'un ersatz de football. Et si le "Special One" avait perdu sa baguette magique?
A
A
Manchester United a quitté la scène européenne par la petite porte. Battus à domicile par le FC Séville (1-2), les Mancuniens se réveillent avec la gueule de bois et se demandent si José Mourinho est l'entraîneur idoine pour revivre les grandes heures de l'ère Ferguson.

Le théâtre des rêves est devenu un cauchemard pour les amateurs de football offensif. Si José Mourinho n'est pas sur le terrain, c'est lui qui dicte la tactique, choisit les joueurs et établit le plan de jeu. Il est donc le coupable idéal.

Le Mou comme Domenech

Ces derniers mois, l'auto-proclamé "Special One" semble avoir égaré ce qui faisait sa force: l'audace et les coups de poker couronnés de succès. Mourinho est re-devenu un entraîneur comme beaucoup d'autres, frileux, assis sur des certitudes d'un autre temps. 

Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui il est dépassé par des entraîneurs plus jeunes, avec un autre vécu. Comme son voisin Pep Guardiola, leader de Premier League avec City (Man U est 2e), Zinedine Zidane (double vainqueur de la Ligue des Champions) ou Vincenzo Montella (FC Séville). 

Au soir de l'élimination face aux Andalous, le Portugais a maladroitement tenté de se justifier: "On ne va pas en faire un drame... Je suis venu à Manchester avec Porto, Man. United a été élliminé. Je suis venu avec le Real Madrid, Man. United a été éliminé. Donc je ne pense pas que ce soit quelque chose de nouveau pour le club". Ces employeurs qui le rétribuent à hauteur de 18 millions d'euros annuels apprécieront... Au delà de ça, cette déclaration est digne du serial loser Raymond Domenech... indigne en tout cas d'un double vainqueur de la Ligue des champions avec deux clubs différents (FC Porto en 2004, Inter Milan en 2010).

Pas encore fini

Pour sa défense, Mourinho avance souvent que United ne met pas autant de moyens que ses adversaires sur le marché des transferts. En moins de 2 saisons, sous sa houlette, le club le plus riche du monde a dépensé 320 millions d'euros sur Pogba, Alexis Sanchez ou encore Romelu Lukaku. Certes c'est moins que les investissements consentis par Manchester City (futur champion d'Angleterre) ou le Paris Saint-Germain. Mais le double tenant de la Ligue des champions, le Real Madrid, a remporté le trophée deux fois avec quasiment la même équipe qu'il y a 3 ans. Donc l'argument de Mourinho ne tient pas!

La vérité est qu'aujourd'hui Mourinho n'a plus d'idées. Donc ses joueurs manquent d'inspiration, n'osent plus. Arsene Wenger aime dire qu'une "équipe est souvent le reflet de son entraîneur", si c'est le cas la prestation des coéquipiers de Marcus Rashford hier contre le FC Séville explique beaucoup de choses... L'homme qui savait murmurer à l'oreille des joueurs a perdu son mojo, ce petit truc en plus -cher à Austin Powers- qui transforme le plomb en or...

José Mourinho n'est pas encore fini. Il a rermporté l'Europa League en 2017 avec les Red Devils, va finir dauphin d'un Manchester City exceptionnel en Premier League, et peut toujours remporter la FA Cup cette saison. Mais à force de se perdre dans des clashs insipides qui n'amusent plus personne -"Franck De boer est le pire entraîneur de l'histoire de la premier League"- sans parvenir à replacer sportivement l'institution Manchester United, l'ex Special One risque bien de rentrer dans le rang. Un comble pour son ego...

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Vidéo. La Ligue des Champions dévoile sa nouvelle identité visuelle

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Real Madrid-Liverpool: Karius victime d'une commotion cérébrale

Foot Real Madrid
Foot Real Madrid

Vidéos. Real Madrid: les plus belles victoires de Zidane


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Soyons réalistes, demandons un miracle!

Kiosque

Mondial maroco-algérien? El Khalfi évasif

L'autocritique et la confiance de Dirar

Le FC Bâle intéressé par Ahaddad

La barbichette porte-bonheur de CR7

Le Maroc a gagné une équipe d’avenir

Les lions ont stressé le président portugais

Ça se gate entre Benatia et Hadji

Lions de l'Atlas: autopsie d'une élimination

Mondial 2030: Le Maroc en solo?

120 millions de dirhams pour le Mondial russe