Filinfo

Foot

Classement FIFA: Le Maroc perd 5 places

© Copyright : DR
Avec ses deux défaites face à l’Iran et au Portugal et son nul contre l’Espagne en coupe du monde 2018, le Maroc vient de dégringoler de 5 places au classement FIFA. Les Lions de l’Atlas pointent au 46e rang.
A
A

Les résultats concédés lors de la dernière coupe du monde en Russie ont coûté au Maroc 5 places au niveau du classement FIFA, publié ce jeudi. Les hommes d’Hervé Renard se trouvent actuellement à la 46e place au niveau mondial après avoir été 41e le mois dernier.

Sur le plan continental, la sélection nationale a chuté d’une place pour se positionner 5e, derrière le Ghana, la RD Congo, le Sénégal, et la Tunisie, 1ère nation africaine.

La France accède à la première place pour la première fois depuis 2001. Les Bleus, champions du monde, ont gagné six places par rapport au précédent classement. Ils devancent désormais la Belgique, le Brésil, et l’Allemagne qui a perdu son trône suite à son élimination dès le premier tour au Mondial russe. 

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Munir ou Bounou, que va faire Renard?

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

La Ligue des Champions jouée le weekend?

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Les Lions de l’Atlas qualifiés si…


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

L'enfer du décor. Talib et le DHJ: ces dirigeants ingrats!

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Kiosque

Où va l'argent du football?

La menace de trop contre Fakhir

Le Hassania d'Agadir parle leadership

Vers un 6e Ballon d’or pour Ronaldo?

C'est parti pour les coupes de la CAF

Maroc-Cameroun, ça se prépare

Banzarti de retour au Wydad?

Au Barça, la politique gêne le foot

Alami débloque un budget pour les JO 2020

500 millions de dirhams, c'est le coût de la VAR