Filinfo

Foot

Vidéo. Faouzi Benzarti déclare sa flamme aux supporters du WAC

Le nouveau coach du Wydad, Faouzi Benzarti, était sur un nuage mercredi après la victoire de ses hommes sur le Fath de Rabat (4-2). Après la rencontre, l'entraîneur tunisien a tenu à adresser un message aux supporters du WAC.
Quatre jours après la défaite dans le derby, l'entraineur Wydadi Faouzi Benzarti a retrouvé le sourire. Le technicien tunisien était très heureux et satisfait de ses hommes qui ont dominé le FUS mercredi à Rabat (4-2).  

Une victoire qui vient apaiser les critiques et la peine des wydadis après avoir perdu contre le Raja samedi. Abordé à l'issue de la rencontre, Benzarti a tenu à rassurer les supporters du WAC. Le message du nouveau coach aux amoureux des Rouge et Blanc était clair et simple: "Tout arrive enfin à qui sait patienter".

Après avoir quitté l'Espérance Sportive de Tunis, Faouzi Benzarti s'est engagé avec le Wydad de Casablanca en janvier pour une durée d'un an et demi succédant à Houcine Ammouta. 

Par Kebiro Bhyer et Hanane El Arjoun
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Horoya et son entraîneur craignent le Wydad

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Le Wydad s’en sort (très) bien

Foot Compétitions CAF
Foot Compétitions CAF

LDC et Coupe de la CAF: quel tirage pour les Marocains?


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

La 23e journée sera jouée le 1er avril

Bataille juridique sur le transfert de Sala

Un Onze-type marocain contre l'Argentine

Les U23 n’iront pas à Tokyo

7000 tickets pour le match DHJ-WAC

Messi a blessé ses supporters marocains

Ziyech, le présent-absent à Tanger

Après le match, la bagarre à Temara

Messi absent à Tanger, c'était écrit

Même les Fennecs manquent un chef de file