Filinfo

Marocains du monde

Amine Harit sort de son silence

© Copyright : DR
Non sélectionné pour le match d'aujourd'hui opposant Schalke au Werder Brême, Amine Harit, a réagi, sur twitter.
A
A

L’international marocain, Amine Harit, n’a pas été épargné par une partie de la presse allemande cette saison. Ces derniers continuent d’accuser le Lion de l’Atlas de ne pas être discipliné. Des propos qui ont fait réagir l'ex-joueur du FC Nante aujourd’hui, après l’annonce de sa non-convocation pour le match de ce soir face au Werder Brême.

Lire aussi: Harit et Mendyl placés sur la liste des transferts

Amine Harit, a travers un post sur son compte twitter, a adressé un message de clarification à ses fans:  "Allez les gars, je suis 100% derrière l'équipe! Que je ne sois pas dans l'équipe aujourd'hui est une décision du coach et je la respecte. Le problème n’est pas d’ordre disciplinaire. C'est seulement le foot. C'est la stricte vérité. Merci et aller Schalke 04". 

 

 

 

 

 

 

 

Par Oussama Zidouhia
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Bundesliga
Marocains du monde Bundesliga

Schalke 04: Mendyl écarté, dernière chance pour Harit

Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas

La valeur d’Amine Harit en chute libre

Marocains du monde Bundesliga
Marocains du monde Bundesliga

Mendyl veut une deuxième chance à Schalke


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

La corruption gangrène le foot camerounais

Renard «espionne» les éléphants

Infantino lâche Ahmad Ahmad

Le harcèlement éclabousse la CAN

Majorque n’a pas oublié Badou Zaki

Les Marocains conjurent le sort du 1er match

Trop d’adrénaline chez les Pharaons?

Le Mondial féminin a mal à la VAR

La FIFA, c'est la Banque mondiale du foot

Trop chère CAN 2019