Formulaire de recherche

Décret Trump: le cas de l’athlète Yassine Aber, refoulé, émeut le Canada

Yassine Aber

© Copyright : DR

Posté le 13/02/2017 à 22h06 par Fayçal Ismaili (Mise à jour le 14/02/2017 à 15h47)

Kiosque360. L’athlète Yassine Aber, 19 ans, né au Canada et dont les parents sont d’origine marocaine, a été refoulé à la frontière américaine après un interrogatoire de plusieurs heures. Le président canadien, Justin Trudeau, s’est saisi de son affaire.

Alors que le président canadien, Justin Trudeau, préparait sa visite aux États-Unis, la première du genre après l’élection de Donald Trump, il a été saisi par le parlement à propos de l’interdiction d’accès au territoire américain de l’athlète d’origine marocaine, Yassine Aber, informe le quotidien Al Akhbar du 14 février.

Les faits, rappelle Al Akhbar, remontent à la semaine dernière quand Yassine, accompagné d’un entraîneur et cinq autres athlètes, s’apprêtait à traverser la frontière séparant les États-Unis et le Canada. En arrivant, au poste-frontière de Stanstead, les douaniers américains lui demandent son passeport et son téléphone. Yassine Aber sera retenu pendant plus de cinq heures et les douaniers lui posent de nombreuses questions sur son style de vie.

«Ils m’ont emmené à deux reprises dans un bureau avec un agent. Ils m’ont fait remplir des papiers et m’ont posé tout genre de questions : d’où je viens, où je suis né… À la fin de la journée, ils m’ont dit que je ne pouvais pas entrer aux États-Unis», a-t-il déclaré à la presse canadienne.

Al Akhbar indique que cette affaire a provoqué un émoi au sein de la classe politique canadienne, au point que le président du Nouveau parti démocratique (NDP), Thomas Mulcair, s’est attaqué violemment à la nouvelle politique américaine qui implique même les citoyens canadiens.

Thomas Mulcair, indique Al Akhbar, s’est interrogé sur la capacité du président canadien, Justin Trudeau, à interpeller les responsables à Washington sur l’interdiction faite à des citoyens canadiens ou résidents permanents dans ce pays de voyager librement aux États-Unis. Le député du NDP, Murray Rankin, a également déclaré aux journalistes à Ottawa : «Notre Premier ministre a besoin de parler avec Donald Trump lors de leur rencontre la semaine prochaine et lui expliquer qu’un Canadien, né au Canada, qui se trouve être d’une autre foi, une foi musulmane, n’a pas besoin d’un visa pour aller aux États-Unis.»

Posté le 13/02/2017 à 22h06 Par Fayçal Ismaili