Filinfo

Marocains du monde

Les débuts d’Aït Bennasser avec Bordeaux retardés

© Copyright : DR
Youssef Aït Bennasser devra encore patienter avant de faire ses débuts avec les Girondins de Bordeaux. L'ex-monégasque est revenu blessé du stage des Lions de l'Atlas. Explications.
A
A

Arrivé à Bordeaux cet été en provenance de l’AS Monaco, Youssef Aït Bennasser n’a pas encore fait ses débuts sous ses nouvelles couleurs. Et ce ne sera pas pour samedi.

En effet, le Marocain est forfait pour la réception de Metz, dans le cadre de la 5e journée de Ligue 1.

Le milieu de terrain a ressenti une gêne musculaire lors du rassemblement des Lions de l’Atlas (1er-10 septembre) et il est toujours indisponible depuis.

Âgé de 23 ans, il est arrivé en fin de mercato à Bordeaux sous forme de prêt avec option d’achat (entre 4 et 5 millions d'euros). Formé à Nancy, le Marocain a été prêté succesiivement à Caen et Saint-Etienne par Monaco. 

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Ligue 1
Marocains du monde Ligue 1

Yunis Abdelhamid au coeur d'une drôle d'affaire

Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas

Aït Bennasser veut profiter des retraites de Boussoufa, El Ahmadi et Benatia

Marocains du monde Ligue 1
Marocains du monde Ligue 1

La presse française applaudit Yunis Abdelhamid


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, il ne faisait pas “trop chaud” à Doha

Gullit ne comprend rien aux Marocains

Kiosque

Les sportifs paieront l'impôt

Verdict du TAS en novembre pour WAC-EST

Feu vert pour le VAR en Botola

A joueurs ultra-payés, clubs puissants

Vers l’Ultime combat de Badr Hari

En 4 matchs, Vahid a testé 32 joueurs

Un Cityzen futur Lion de l'Atlas

N'golo Kanté interesse le Real

Le coach «local» remonté contre Vahid

Les matchs en retard plombent la Botola