Filinfo

Marocains du monde

Medhi Benatia a "perdu confiance en Allegri"

© Copyright : DR
Dans un entretien au journal L'Équipe, Medhi Benatia, défenseur d’Al Duhail, donne des détails sur son départ de la Juventus et son futur avec les Lions de l'Atlas.
A
A

Medhi Benatia, le défenseur central d’Al Duhail (Qatar) et capitaine de la sélection nationale, a donné une longue interview à L’Équipe. Il y a justifie son départ de la Juventus cet hiver, mais évoque également les répercussions de ce choix sur sa carrière avec les Lions de l'Atlas.

l'ancien joueur de la Juventus explique qu’il a eu des discussions avec son entraîneur à la fin du Mondial russe. Mais le retour de Leonardo Borucci a changé des choses. "Leo, c'est un ami. Mais c'est aussi un joueur italien qui avait un grand passé au club", explique d’abord Benatia. Le Marocain a donc parlé avec Massimiliano Allegri, pour savoir s’il devait "aller voir ailleurs ou s'il y allait avoir une vraie concurrence".

Le technicien italien lui explique que Bonucci va devoir "surtout" gagner sa place et lui assure qu’il y aura "une vraie concurrence". "En plus, Cristiano Ronaldo est venu renforcer le club et il y avait cet objectif de décrocher la Ligue des Champions, un trophée qui manque à mon palmarès", poursuit le défenseur.

Sa non-participation aux trois premiers match de la Juventus provoque une nouvelle entrevue avec Allegri, sans que sa situation ne change pour autant. "Je n'ai jamais dit que je devais être titulaire indiscutable. Je sais que je suis arrivé à un âge où je dois être géré et je préfère faire trente matchs à 100% que cinquante avec un état de forme irrégulier. Disputer entre vingt-cinq et trente matchs, cela aurait fait de moi un joueur heureux. Mais en jouer seulement cinq ou six, c'est autre chose... Or, il aurait fallu que mon équipe soit victime d'une épidémie pour avoir suffisamment d'opportunités de m'exprimer...", poursuit le joueur, ferme.

"J'avais perdu confiance en Allegri", déclare ensuite Benatia qui estime que son ancien coach n'a pas été sincère et qu’il n'a pas tenu ses promesses. Ses coéquipiers, eux, ont essayé de le convaincre de rester.

Sondé par de nombreux clubs européens, il a choisi le Qatar "un pays sécurisé comme on en trouve peu en Europe". Ce pays "offre un confort de vie appréciable" pour sa famille, lui qui est père de quatre enfants. 

Le capitaine des Lions en profite pour répondre à ceux qui voient dans le choix du Qatar une motivation financière. "Mais on croit quoi? Que j'ai doublé ou triplé mon salaire? J'ai évolué dans des grands clubs comme l'AS Rome, le Bayern Munich ou la Juventus. Et là-bas, on pense que j'y ai joué gratuitement? Au Qatar, je n'ai même pas doublé mon salaire. Si j'avais vraiment voulu faire un choix financier, je serais allé Chine ou en Arabie Saoudite où on me proposait beaucoup plus d'argent", explique Benatia.

Sur la suite de sa carrière internationale, Benatia commence par préciser: "Hervé Renard, ce n'est pas seulement mon sélectionneur, c'est mon ami", lance le joueur. Selon Benatia, le Français souhaitait qu’il s’engage dans un top club européen, mais il a respecté son choix pour le Qatar.

"Maintenant, si demain, en Europe, il y a un défenseur plus performant que moi, j'irai poser mes fesses sur le banc sans-souci. Et je continuerai à assumer, au sein du groupe, mon rôle de leader avec le sourire. Tout comme j'accepterai de ne plus être appelé. Cela fait douze ans que je défends les couleurs du Maroc, avec des échecs, comme des réussites. Disputer une quatrième CAN, ça serait bien. Mais si je ne suis pas retenu, je pourrai estimer que j'ai fait le tour en sélection et que le plus important, c'est que mon pays puisse remporter ce trophée", conclut Medhi Benatia.

 

 

 

 

 

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas

Idrissi dit non aux Oranje et opte pour les Lions

Marocains du monde Mercato
Marocains du monde Mercato

L'Arabie saoudite rêve toujours de Belhanda

Marocains du monde Benfica
Marocains du monde Benfica

Adel Taarabt, les raisons d’un échec


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

L’arbitre a fauté lors de FUS-WAC

Chocs et matchs des extrêmes en 19e journée

Le Raja déjà dos au mur

Breakdance aux JO? Oui, mais…

Hachim Massour se soigne à Milan

Le WAC, un rouleau compresseur

MCO-RSB, le match de tous les désordres

Ronaldo n’a pas porté la Vieille dame

L'échange d'arbitres officialisé avec l’Afrique

La FRMA rate un championnat du monde