Filinfo

Marocains du monde

Où est passé le soldat Taarabt?

© Copyright : DR
Mais où est donc passé Adel Taarabt? Le mercato estival a fermé ses portes qui seront rouvertes dans moins de deux mois à l'occasion du marché hivernal. Mais l'enfant terrible du football marocain est aux abonnés absents. Que fait-il où est-il?
A
A

Adel Taarabt était à deux doigts de faire son grand retour en forme, mais il a fallu que le Genoa change d’entraîneur, pour qu’il se retrouve une nouvelle fois sur le banc la saison dernière. Enfant prodige du football marocain, il est devenu l’enfant terrible au fil des années. Même Zinédine Zidane, alors entraîneur de la Castilla du Real Madrid suivait Taarabt de près avant que celui-ci ne disparaisse des radars.

Considéré comme l’un des meilleurs espoirs de la planète, lorsqu’il portait à lui seul les Queens Park Rangers vers le titre de Championship pour accéder à la Premier League (2011), Taarabt s'est ensuite perdu dans les méandres du football européen. L’arrivée de Harry Redknapp à QPR en 2012 a été la première fois où l’international marocain a plongé dans le doute. Prêté à Fulham, puis dans la foulée au Milan AC. Le club lombard a failli faire signer définitivement Taarabt pour changer son destin après une bonne moitié de saison… où tout le monde le croyait de retour en forme. Mais les deux camps n’ont pas trouvé un point d’accord financier.

Cauchemar à Lisbonne

Benfica parie alors sur le joueur marocain réputé pour avoir des problèmes avec ses entraîneurs, mais qui est aussi bourré de talent.

A Lisbonne, c’est bis repetita. Il joue avec l’équipe réserve avant d’obtenir un nouveau prêt pour le Genoa. Le club de Gênes était probablement sa dernière chance de briller au haut niveau. Il a essayé de la saisir, mais en vain. Aujourd’hui, le mercato estival s’est achevé et Taarabt, l’homme qui enchaîne les petits ponts comme il respire, n’a pas trouvé preneur.

Condamné à s’entraîner avec l’équipe réserve des pensionnaires du stade de la Luz, il se fait oublier… même par les clubs du Golfe qui étaient prêts à payer une fortune pour le joueur formé au RC Lens, il y a pas moins de 3 saisons.

Où rebondir une dernière fois ?

Au Maroc plusieurs spécialistes considèrent Taarabt comme l’un des "plus grands gâchis" de l’histoire du football marocain. Celui qui devait devenir le patron de cette génération mondialiste en 2018 n’a pas suivi le chemin idéal pour y parvenir. Taarabt c’est du gâchis, tous ses entraîneurs le répètent, car son talent est indéniable. Mais qui pourrait le sortir des griffes des Aigles du Benfica ?

Le Wydad ou le Raja ? Pourquoi pas, après tout, Adel "Mr petit pont" Taarabt est une légende urbaine dans les ruelles marocaines. Les jeunes essayent toujours de reproduire son but génial contre le Togo, ou ses passements de jambes qui ont donné le tourni à toute la défense de la République Tchèque un soir, au complexe Mohammed V.

Au Maroc, le joueur de 29 ans se sentirait chez lui et serait responsabilisé… mais Taarabt doit faire un effort considérable sur son salaire pour qu’il puisse refaire ce qu’il sait faire de mieux... c'est à dire se faire plaisir en jouant au football tout en régalant ses coéquipiers et supporters.

La piste de la Turquie a également été activée l’été dernier, mais rien de concluant pour Taarabt dont la valeur marchande aujourd’hui est estimée à pas plus de 15 millions de dirhams selon Transfermarkt, le site spécialisé.
 

 

 

 

 

 

Par Nassim Elkerf
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Ligue des champions
Marocains du monde Ligue des champions

Qui est le meilleur marocain d'Europe?

Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas

Vidéos. Quel weekend pour nos Lions de l'étranger?

Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas

Oussama Idrissi, un petit tour et puis s'en va?


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

L'enfer du décor. Talib et le DHJ: ces dirigeants ingrats!

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Kiosque

Les coachs continuent à défiler au WAC

Sale temps pour les entraîneurs en Botola

Azaro risque gros en Egypte

Une femme de TV à la tête du foot anglais

Idrissi est Lion, reste l’aval de la FIFA

Un rythme effréné attend les clubs marocains

Les Ultras anti-Fakhir s'expliquent

Le Qatar associerait l’Iran au Mondial 2022

Où va l'argent du football?

La menace de trop contre Fakhir