Filinfo

Marocains du monde

Portrait. Bilal Hadraoui, de Berkane à Metz

© Copyright : DR
Kiosque360. Né à Berkane, Bilal Hadraoui, 18 ans, a taquiné le cuir très jeune dans une cité de la Seine-Saint-Denis. Depuis, il a gravi les échelons pour arriver sur le banc du FC Metz. Portrait d’un Lion de l’Atlas en devenir.
A
A

À l’instar des Français issus de l’immigration, le parcours de Bilal Hadraoui ne déroge pas à la règle : enfance dans une banlieue, galère avec les moyens de transport pour rejoindre son club, décrochage scolaire... Mais Hadraoui a su surmonter tous ces obstacles et aujourd’hui il est sur le point de dérocher un contrat professionnel, peut-on lire dans le portrait qui lui est consacré par le portail Footmercato du 11 mars.

Il avait sept ans quand la famille Hamdaoui pose ses bagages en Seine-Saint-Denis en provenance du Maroc. «A peine arrivés, mes parents m’inscrivent au club de la ville. C’était nouveau pour moi, mais un langage que je n’avais pas de mal à appréhender», se souvient Bilal. Après ses débuts au club de Tremblay FC, il rejoint le Centre de formation de football de Paris (CFFP). Malgré les sacrifices de ses parents qui lui paient l’internat, l’argent manque et Bilal est obligé de rentrer à la maison. Mais cela ne va pas affecter le moral du joueur qui se tape trois heures par jour de trajet en train pour rejoindre le centre de formation du CFFP, installé à Orly.

Né sous une bonne étoile, Bilal est sélectionné avec les U17 du club, joue avec une nouvelle génération de joueurs et réussit avec ses coéquipiers à terminer la saison à la troisième place du Championnat de National. Bilal va rapidement taper dans l’œil des recruteurs de l’équipe U17 du Maroc. À l’origine, il évoluait au poste d’attaquant, mais se propose un jour pour jouer au poste de défenseur à la demande du coach marocain. Il fera des merveilles au point de se transformer en défenseur, mais son instinct de buteur reste intact. 

De retour en France, il tente un coup de poker: faire un essai  chez le FC Metz, le club avec lequel il évolue depuis deux ans. «J’ai eu beaucoup de soucis avec l’école. Ils m’ont beaucoup aidé. Ils m’ont appris des choses. Dirigeants, coaches, toute l’administration, je pense que je leur serai toujours reconnaissant», confie Bilal qui a été convoqué pour les rencontres de Coupe de France face à Tours et Caen, puis en championnat face à Montpellier. En fin de contrat à la fin de la saison, le jeune joueur se met à rêver d’un contrat professionnel avec un club de Ligue 1, mais n’écarte pas l’option de partir à l’étranger pour se faire les dents.

Par Fayçal Ismaili
A
A

Tags /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Liga-LFP, ou le clash Tébas-Rubiales

Bounou sort ses gants contre le Barça

Le Raja veut rééditer le sacre de 2003

L'AS FAR renouera avec la transhumance

Rami fait prendre des Bleus à Zemmour

Un arbitre «séquestré» à Kénitra

El Guertili poursuivi pour crimes financiers

Benabicha aux commandes du WAC?

Guendouzi voit l'avenir en bleu

Un derby au nord, un choc au centre