Filinfo

Extrême

Sports extrêmes à Djeddah: le choc des cultures

© Copyright : DR
Tatoués comme des guerriers, style ultra décontracté et esprit libre: les riders de skate, roller et BMX ont fait une expérience surprenante en confrontant leur mode de vie à celui des Saoudiens lors du Festival international des sports extrêmes à Djeddah.
A
A
Pour la première fois de son histoire, le royaume d'Arabie saoudite, engagé depuis 2 ans dans une politique de réformes sociétales et économiques, a accueilli, à Djeddah, le Festival international des sports extrêmes (Fise), qui a mis sur scène un plateau de stars du monde de la glisse.

"C'est complètement fou, ils ont tellement de règles, tu ne peux pas porter de t-shirt trop court, tu ne peux pas tenir la main de ta petite copine", s'étonne auprès de l'AFP le Brésilien Luiz Neto, champion de skate."Au Brésil c'est complètement différent, tout est légal au Brésil ! Je ne pourrais pas vivre ici, je ne comprends pas pourquoi les femmes doivent couvrir leur visage. J'ai des tatouages sur les mains où il est écrit: 'born free' ("Né libre"). Ma façon de penser est complètement différente", poursuit-il.

Choqué par le mode de vie local, Luiz Neto, qui compare son corps à un "manga vivant", a en revanche été très surpris par l'accueil chaleureux et amical des Saoudiens. "Tous les jours, il y a quelqu'un qui me demande si je vais bien sur le site de la compétition". Le Brésilien de 23 ans mais aussi nombre de ses comparses ont posé pour des centaines de selfies. Certains riders se sont interrogés sur l'attitude à adopter dans un pays à l'extrême opposée de leur façon de vivre. 

"Il y a quand même une certaine flexibilité dans ces lois, les gens sont assez ouverts. Je m'attendais à me sentir plus oppressé. C'est plutôt une surprise mais d'un point de vue positif", explique le Suisse Maxime Genoud. Ce spécialiste du roller s'est acheté une tenue traditionnelle locale pour aller rider dans les rues de la ville avec plusieurs autres fous de la glisse. Car même s'ils sont dans un pays bien peu permissif, ils ne peuvent s'empêcher de "voir des endroits fabuleux à tous les coins de rue", ajoute-t-il.

"On a vu des spots en face de l'hôtel et là ça va encore mais juste à côté du skate park, il y a un spot, c'est 3 blocs avec des marches et des bancs. C'est les marches d'une mosquée en fait. Donc là tu te dis que tu ne vas pas y aller, ce n’est pas très respectueux", confesse le skater français Joseph Garbaccio, âgé de 19 ans.

Même ces adeptes des sports extrêmes n'étaient venus que pour les compétitions et se faire plaisir, tous auront été marqués par ce voyage bien singulier.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Extrême Escalade
Extrême Escalade

Vidéo. Amputé d'une jambe, ce Marocain a réussi à gravir le Toubkal

Extrême Sport extrême
Extrême Sport extrême

Vidéo: le zapping des sports extrêmes de l'année 2016


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

La RSB cherche la qualification au Soudan

Les nuages s'amoncellent sur le Kawkab

Tu as vu la Supercopa? Non, Messi

La Fifa rétrograde en matière d'éthique

William Jebor: fausse fuite et fin

WAC-Al Ahly Tripoli prévu au Caire ?

Le salaire ou la grève, menacent les joueurs

Guardiola aime B. Mendy à la mort

Garrido joue à fond la Coupe arabe

Une footeuse se fait la belle en Espagne