Filinfo

Tennis

Masters: 4e finale de suite pour Djokovic, vainqueur de Nadal

Le Serbe Novak Djokovic se qualifie pour la finale du Masters de Londres en battant l'Espagnol Rafael Nadal, le 21 novembre 2015. © Copyright : DR
Novak Djokovic jouera dimanche sa quatrième finale consécutive au Masters après sa victoire 6-3 6-3 samedi en demi-finales sur Rafael Nadal qui l'a qualifié de "quasi invincible".
A
A

Vainqueur en 2008, 2012, 2013 et 2014, le N.1 mondial affrontera dimanche un Suisse, Roger Federer ou Stan Wawrinka, pour devenir le premier joueur de l'histoire à gagner le tournoi quatre fois de suite. En-dessous de ses standards cosmiques en phase de poules, il a retrouvé un niveau digne de sa fantastique saison 2015 pour battre Nadal pour la huitième fois lors de leurs neuf derniers duels.

"J'ai sorti un gros match au bon moment. C'était une grande performance, j'ai réussi à être agressif et à dicter le jeu dès le départ", a-t-il commenté. Sur l'ensemble de leurs confrontations, les deux hommes en sont désormais à égalité 23 victoires partout. Mais depuis deux ans, c'est bien le Serbe qui a pris le dessus, et nettement.

Absolument pas intimidé par le coup droit de l'Espagnol, qui empêche toujours de nombreux joueurs de dormir, Djokovic impose son formidable revers pour dominer la plupart des échanges. "Novak est quasiment invincible en ce moment. Ses frappes, ses retours, ses services, il a tout exécuté à la perfection, il était trop fort pour moi", a réagi Nadal, beau joueur. Djokovic a pris son envol dès le deuxième jeu en prenant le service du Majorquin, N.5 mondial, grâce à quatre coups gagnants sublimes.

Ultra serein sur son propre engagement (0 balle de break à sauver), il n'a jamais desserré son étreinte pour avancer vers un succès clinique en 1h19. Le Serbe de 28 ans jouera dimanche sa 15e finale sur les 15 derniers tournois qu'il a disputés depuis son quart de finale à Doha début janvier. Un bilan phénoménal, à l'image de la saison: 81 victoires pour 6 défaites, trois titres du Grand Chelem, une finale à Roland-Garros et six titres en Masters 1000, la catégorie juste en-dessous des majeurs.

"Il joue dans une autre ligue cette année", a résumé Nadal cette semaine. "Il faut juste le féliciter et ne pas lui souhaiter bonne chance pour l'année prochaine", a-t-il complété samedi avec le sourire. "On ne sait pas ce que l'avenir nous réserve. J'étais déjà deux, trois fois dans la situation où je me sentais très bien, puis je me suis blessé et la situation a changé. Ce n'est pas facile de rester à un tel niveau", a ajouté le Majorquin, très motivé pour réduire l'écart en 2016.

Djokovic, lui, retrouvera dimanche Roger Federer, qui l'a battu mardi pour sa première défaite depuis le 23 août, ou Stan Wawrinka, qui l'avait écœuré en finale de Roland-Garros. Il y aura de la revanche dans l'air contre le candidat suisse qui se présentera face au "quasi invincible".

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Tennis Scandale
Tennis Scandale

Les matchs truqués font trembler le tennis

Tennis Grand Prix Hassan II
Tennis Grand Prix Hassan II

GP Hassan II: Andujar champion pour la 3e fois!

Tennis ATP 250
Tennis ATP 250

Le Grand Prix Hassan II de tennis démarre!


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Soyons réalistes, demandons un miracle!

Hors jeu. Infantino, ce doux dictateur

Kiosque

Les fans marocains en force en Russie

Le Barça piqué au vif par le Niet de Grizou

Le Mondial sur beIN, c'est gratuit!

Maroc-Iran: avantage aux lions de l’Atlas

Le Maroc doit, enfin, gagner son 1er match

Turki Al-Sheikh s'est "trumpé" de frère

L'Iran, cet écueil devant les Lions

Premier Mondial pour la bande à Benatia

Grizou a décidé de partir... ou de rester

Mondial 2026: place au verdict final