Filinfo

Botola

La fuite des talents, on en parle?

© Copyright : DR
Imaginez que Messi quitte la Liga, mais en même temps que Benzema et Luis Suarez. C’est ce qui est en train de nous arriver avec le départ quasi programmé du trio Malongo – Rahimi – El Kaâbi.
A
A

Il reste encore un match (la finale de la Coupe du Trône) pour clore la saison du football national, mais l’heure est déjà au bilan. Que retenir, alors?

D’abord, tout le monde a exactement fini à sa place. Même le Moghreb de Tétouan, dont la relégation a pourtant été une surprise (mais pas sur le sprint final, absolument catastrophique pour les coéquipiers de Jabroun).

En dehors des quatre premiers, tous les autres ont été menacés, à un moment ou à un autre, de relégation. Le championnat a été tellement équilibré que, en dehors des favoris traditionnels (le Wydad et le Raja), tout le monde pouvait prétendre à un strapontin africain ou plonger dans la lutte pour le maintien.

Dans le jeu, et hormis les deux géants casablancais, personne n’a brillé. C’est à peine si on a retenu, malgré un début de saison difficile, la bonne tenue de l’AS FAR et l’allant offensif du Mouloudia d’Oujda.

La déception est venue de Tétouan, on l’a vu, mais surtout d’un outsider comme le Chabab de Mohammédia. Fraichement promu après un long séjour dans les divisions inférieures, ambitieux dans le recrutement et dans les intentions, le Chabab a joué «au starter», sans jamais se lâcher, déployant un jeu ultra-défensif. Un bon point, donc, pour sa solidité défensive. Quant au reste…

Autres équipes jouant «au starter», le FUS de Rabat, et surtout l’Olympique de Safi et l’Ittihad de Tanger, qui ont eu tout le mal du monde à finir la saison. Safi a d’ailleurs sauvé sa peau grâce à un bon début de saison, et Tanger n’a dû son salut qu’aux six points (deux victoires) pris par miracle au Wydad.

Y a–t-il eu des révélations, des promesses? Oui. Salaheddine Benyachou (OCS), par exemple, le virevoltant attaquant de 20 points, vif et adroit face au but. 20 ans et 9 buts pour ce jeune garçon que l’on suivra de très près la saison prochaine, à Safi…ou ailleurs.

Citons aussi, parmi les révélations, le Gabonais Axel Meye (Tanger), 13 buts (dont 12 en Botola) pour sa première saison parmi l’élite marocaine. Sans oublier le Libyen Muaid Ellafi, 7 buts pour sa première saison avec le Wydad.

En parlant des buteurs et passeurs du championnat, la question qui se pose est on ne peut plus douloureuse: où iront jouer les meilleures gâchettes du championnat? Réponse: loin du Maroc.

Malongo (Raja) a déjà filé vers les Emirats, alors qu’il vient de boucler sa meilleure saison au Raja. Rahimi, probablement le meilleur joueur de la saison (il l’était déjà la saison dernière), pourrait le suivre. Et le goléador Ayoub El Kaâbi risque, lui aussi, de rejoindre un pays du Golfe.

On parle aussi d’Achraf Dari, le meilleur défenseur du Wydad, qui pourrait rejoindre la Ligue 1 française. Si, dans ce cas-ci, la promesse d’une progression technique existe, ce n’est guère le cas pour le trio Malongo – Rahimi – El Kaâbi. Le fait est là: les trois meilleurs joueurs du dernier championnat iront très probablement s’enterrer dans le Golfe.

Pour la Botola, en tout cas, c’est une très mauvaise nouvelle.

C’est comme si, toutes proportions gardées, Messi quittait la Liga espagnole, en même temps que Benzema et Luis Suarez. Que dire?  

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola On refait le match
Botola On refait le match

Had Soualem, le tube de la Botola

Botola On refait le match
Botola On refait le match

Une Botola sans buteurs


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous