Filinfo

Botola

Quand la Botola voit rouge

© Copyright : DR
Il n’aura manqué qu’une chose à ce Wydad–Raja (2-1): le public, les tifos et la folie d’un stade en ébullition.
A
A

Le vainqueur du derby d’hier n’est pas le Wydad mais le football. Nous avons vu un match ouvert, agréable, sans round d’observation, dans lequel les deux équipes se sont littéralement jetés sans calcul, pour récolter les trois points, rien d’autre.

On l’a clairement vu en deuxième mi-temps, quand le Raja est revenu à 1-1 grâce à un pénalty de Rahimi. La tradition du nul aurait pu inciter les deux équipes à gérer cette égalité jusqu’au bout, préférant prendre chacune un point et reporter la course aux points au match suivant.

Il n’en fut rien. Le Raja, poussé par un formidable élan à la reprise, a continué d’attaquer. Alors que le Wydad, parfaitement organisé, a joué les contres à fond. Résultat: une deuxième mi-temps pleine, qui aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre, et qui aurait certainement mérité un score final de 4-2 ou 4-3 pour l’un ou l’autre.

Peut-être inspirés par les matchs de l’Euro, qui réconcilient tout le monde avec les valeurs du football, les deux géants casablancais ont donné le meilleur d’eux-mêmes, sans tricher, sans protester inutilement contre les arbitres (excellents du reste)… et sans oublier de se serrer la main à la fin du match.

Ce derby donne une belle image du football marocain et de la Botola. Il laissera des regrets à tout le monde parce que, sans certaines erreurs de parcours, le Wydad et le Raja auraient pu croiser le fer, de nouveau, cette fois en finale de la Champion’s league africaine qui aura bientôt lieu à Casablanca. Une autre fois, peut-être…

Mais attention à ne pas se laisser griser par l‘émotion du moment. Le Wydad vient de prendre le large en Botola avec 9 points d’avance sur son dauphin. Mais il n’est pas encore champion. Et il reste cinq journées à disputer. Sans oublier la Coupe du trône, où les Rouges sont toujours en course.

C’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens, comme dit le dicton. Et c’est à la fin du championnat que le Wydad fera le bilan de sa saison, après avoir probablement ajouté un nouveau titre de champion à son riche palmarès.

Quant au Raja, il a encore deux finales à jouer: celle de la C3 africaine et celle de la C1 arabe. Il a les moyens de les remporter. Mais il faudra vite reprendre ses esprits, les Verts restant sur une mauvaise série de trois matchs sans victoire (un nul contre Pyramids et deux défaites de rang en Botola).

Il n’y a pas de quoi tirer une sonnette d’alarme et il faut surtout laisser l’excellent Lassaâd Chabbi et son staff préparer sereinement les prochaines échéances. Pour un club en difficulté financière et qui vit une période de transition, arriver à glaner deux titres majeurs, ce ne serait pas si mal…

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous