Filinfo

Foot

L'affaire de l'examen d'italien de Suarez prend de l'ampleur

Plutôt que la Juve, Suarez sera finalement colchenero. © Copyright : DR
Kiosque360. Pour pouvoir jouer à la Juve, Luis Suarez avait besoin de la nationalité italienne qui nécessite un test de la langue. Un examen qui est devenu l’objet d’une affaire de corruption assez inédite, dont le nouveau Colchenero pouvait se passer
A
A

Tout le monde ne parle que de Luis Suarez ces derniers temps en Italie et ça n’a rien à voir avec ses performances sportives ou son transfert définitif vers l’Atletico Madrid, ce mercredi.

L’Uruguayen fait la Une de la presse italienne à cause de son récent examen d’italien qu’il avait passé en vue d’un transfert à la Juventus. "Le faux Italien" a titré Le Corriere dello Sport du 23 septembre, alors qu’une enquête judiciaire se poursuit à propos de l’examen d'italien bidonné du joueur.

D’ailleurs cinq membres de l'université de Pérouse seraient visés par cette enquête, comme nous le rapporte Eurosport dans un article paru également ce 23 septembre, et citant La Gazzetta dello Sport. Pour le quotidien italien, l'hypothèse de la corruption n’est pas exclue dans cette affaire. 

De leur côté, les dirigeants de la Juve assurent n'avoir "aucune pression" dans cette affaire et pour eux la faute incombe à l'université. Eurosport explique aussi que la Fédération italienne de football s'est saisie de cette affaire avant l'ouverture d'une enquête.

À la relecture des écoutes téléphoniques des enquêteurs, l’affaire peut faire rire: "Mais il ne parle pas un mot (d'italien)", "Il ne conjugue pas, il parle à l'infinitif", "Ma crainte c'est que les journalistes lui posent deux questions et qu'il panique", "Passer deux heures de cours avec quelqu'un comme ça, ce n'est pas facile", "Il a un salaire de dix millions, il doit passer l'examen". 

"L'enquête précise également que les notes auraient été attribuées avant même le test passé par l'Uruguayen. Un test de compréhension indispensable pour obtenir la nationalité italienne", ajoute Eurosport

L'Uruguayen, qui comptait obtenir la double nationalité grâce à sa femme qui possède un passeport italien, ne risque rien. Les suspects sont les seuls dirigeants de l’université, pour le moment. 

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous