Filinfo

Foot


Le Raja et sa mission suicide 

Logo du Raja en noir et blanc. © Copyright : DR
Les Rajaouis viennent d’innover en créant le suicide footballistique et on ne peut que s’incliner devant autant de talent employé à s’auto-torpiller.
A
A

On ignore si les Rajaouis (joueurs, entraîneurs et dirigeants) sont des fans de Hitchcock, mais ce qui est certain, c’est qu’ils font tout pour l’imiter.

Premier exemple. La saison dernière, les joueurs ont trop souvent montré leur capacité à se laisser mener au score, de flirter avec la défaite, avant de se rattraper in extremis. La scène la plus poignante du film fut d’ailleurs cette victoire face à l’AS FAR lors de la dernière minute de la dernière journée de Botola qui leur a offert le sacre final.

Deuxième exemple: l’avenir de Jamal Sellami sur le banc des Verts. Après la défaite et l’élimination sans gloire face au Zamalek en demi-finale de la Ligue des Champions de la CAF, le technicien de 50 ans est devenu la cible d’une partie des supporters et même des membres du bureau dirigeant. Son adjoint, Youssef Safri, ne résistant pas à la pression, a quitté le navire, laissant son acolyte seul contre tous. Ce dernier a longtemps laissé planer le doute sur sa volonté de poursuivre l’aventure et a même poussé sa direction à cocher le nom du Tunisien Faouzi Benzarti, comme plan B. Sellami pouvait annoncer sa décision dès sa première réunion avec les dirigeants, mais non! Le monsieur voulait, peut-être, faire durer le plaisir, et le suspense. Pour une fois, les Verts se seraient bien passés de ces frissons.

Aujourd’hui, la maison verte s’entredéchire de partout. Ça s’engueule entre supporters et dirigeants, entre dirigeants et d’autres dirigeants, entre joueurs et entraîneur. Un club historique comme le Raja, ressemble plus à une équipe qui n’a pas l’habitude de gagner, qu’à une des plus titrées du Royaume. C’est comme un affamé qui n’a pas l’habitude de se sustenter. Résultat: après le festin, c’est la grosse indigestion, et bientôt une violente diarrhée.

Cette situation a obligé le président Jawad Ziyat à présenter sa démission, ce dimanche 15 novembre, aux membres de son bureau directeur. Ces derniers n’ont pas tardé à réagir et ont sorti un communiqué dans la foulée pour annoncer la tenue d’une assemblée générale élective le 3 décembre prochain. Sérieux les mecs?

Vous venez d’innover en créant le suicide footballistique. La méthode, dans le désordre: perdre un entraîneur adjoint, perdre un de ses meilleurs joueurs (Badr Benoun, vendu à Al Ahly du Caire), perdre son bon sens en matière de gestion et enfin perdre son président. Étape ultime: perdre des matchs. On ne peut que s’incliner devant autant de talent employé à s’auto-torpiller. 

Pour renouer avec la sérénité, les Rajaouis savent ce qu’ils ont à faire: une union sacrée, sans faille et sans arrière-pensée. Et au diable le Septième Art!

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous