Filinfo

Foot

Pour rempiler à Al Ahly, Azaro exige la tête du coach

© Copyright : DR
Kiosque360. Pour renouveler son contrat avec Al Ahly, l’attaquant marocain a posé une seule condition : le départ de l’actuel entraineur du club, le Suisse René Weiler.
A
A

Le feuilleton de Walid Azaro avec son club égyptien se poursuit encore. L’attaquant marocain, prêté actuellement au club d’Al Ittifak en Arabie Saoudite et apparentant toujours à Al Ahly du Caire, vient de poser une condition pour renouveler son contrat avec la formation égyptienne.

C'est en tout cas ce que rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar daté du 3 juin, reprenant des articles parus dans la presse égyptienne dernièrement. Pour rappel, le contrat liant l’attaquant marocain à Al Ahly prendra fin en juin 2021. 

On apprend aussi que le joueur en question a refusé l’ensemble des propositions avancées par les dirigeants du club égyptien, qui souhaitent lui faire signer un nouveau contrat. Al Ahly espère, en effet, renouveler le contrat de son attaquant avec l’espoir de le prêter une nouvelle fois et aussi pouvoir le revendre plus cher durant le mercato 2021.

Le quotidien explique que ce qui préoccupe actuellement les dirigeants du club c’est la baisse des prix des joueurs à cause de l’épidémie et ils ne veulent pas céder Azaro en cette période.
 
Pour le Marocain, le souci à Al Ahly c’est l’entraîneur René Weiler. Il exige donc de le changer pour signer un nouveau bail. La relation entre le coach suisse et son joueur n’a jamais été bonne, et c’est lui qui l’a poussé vers Al Ittifak.

Quand il portait encore la tunique rouge du club cairote, Azaro ne jouait que très peu et René Weiler refuse son retour du prêt parce qu’il ne correspond pas au profil de joueur qui peut évoluer dans ses tactiques.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous