Filinfo

Foot

Raja-Zamalek: Mortada Mansour, le grand absent

© Copyright : DR
Mortada Ahmad Mohamed Mansour défraie la chronique depuis plusieurs années. Le président du Zamalek s’est rendu célèbre par ses déclarations tapageuses et prises de position douteuses. Mais qui est ce personnage haut en couleur qui manquera tant aux Chevaliers Blancs?
A
A

Mortada Mansour, sulfureux président du Zamalek, que le Raja affronte ce soir en demi-finale aller de la Ligue des Champions, est le grand absent de cette affiche (il est suspendu pour 4 ans par le Comité olympique égyptien). 

Né le 17 juin 1952 au Caire, avocat de formation, il est président du Zamalek depuis le 29 mars 2014 et sénateur au parlement égyptien.

Mortada Mansour est plus connu pour ses sorties improbables que pour ses accomplissements en tant que président de club. L’autoproclamé "lion" ne manque pas une occasion de s’en prendre à qui que ce soit via des émissions populaires. Menaçant de diffuser des CDs qui, selon lui, contiennent des preuves compromettantes. Il était d’ailleurs surnommé "Mortada Cidihat (Mortada les CDs)".

Mansour n’hésite pas à menacer avec ses chaussures les personnes qui lui déplaisent, voire à insulter leurs mères. Voix haute, mimique spécifique, menaces ouvertes, il est connu de tous.

Voici 5 choses à savoir sur cette figure incontournable de la scène médiatique égyptienne.

Il a été proche d’Al Ahly

Selon les médias égyptiens, Mansour aurait été un membre actif d’Al Ahly dans le passé. Il aurait même songé à rejoindre le comité directeur du club avant d’essuyer le refus de Saleh Selim, président mythique des Rouge et Blanc. Mais depuis son ascension à la tête du Zamalek, il n’a jamais caché l’animosité qu’il éprouve pour Al Ahly.

Il a un vieux conflit avec Adel Imam

En 1983, Raafat El-Mihi sort "El-Avokato", film racontant l’histoire d’un avocat interprété par Adel Imam. Un long-métrage mal perçu par les hommes de loi et qui pousse Mansour, alors jeune juge, à demander une condamnation d'un an de prison contre El-Mihi. Une décision qui ne sera pas appliquée, Mansour étant accusé de se transformer en critique d’art. Plus tard, il accusera Imam d’avoir voulu "humilier l’Égypte".

Candidat à la présidentielle

Mortada Mansour a affirmé par le passé qu’il voyait en Gamal Moubarak, fils d'Hosni Moubarak, ancien président de la République d'Égypte de 1981 au 11 février 2011, le candidat idéal à la présidence. Pour info, Mansour a lui-même souhaité se présenter à la présidence, le 6 avril 2014.

En guerre contre les Ultras

Mortada Mansour ne porte pas les ultras dans son cœur... même ceux de son propre club. En avril 2016, 11 fans ont été emprisonnés pour menaces de mort contre leur président. En avril 2018, 21 autres ont été arrêtés pour avoir manifesté contre le dirigeant. Les Ultras White Knights (Zamalek) l’accusent de "stigmatiser leur groupe en les terrorisant".

Il a traité Azaro de sorcier

En mars 2018, il a ouvertement accusé Walid Azaro, alors buteur prolifique d’Al Ahly, de sorcellerie. Mansour prétendait que le succès de Lion de l’Atlas était dû à sa pratique de la magie et à la présence d’un "Djinn" qui l'aiderait à marquer à chaque fois. L’année d’avant, il avait proféré les mêmes accusations contre Said Naciri, le président du Wydad, après une défaite 4-1 en Ligue des Champions.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous