Filinfo

Foot

"Superligue" ou Ligue des champions, le foot face à son avenir

© Copyright : DR
La guerre du football aura-t-elle lieu? Un nouveau projet de "Superligue" européenne lance les hostilités, entre volonté des grands clubs d'augmenter encore leurs revenus et opposition farouche des supporters et championnats existants.
A
A

Pourquoi cette initiative, confirmée mardi par le président démissionnaire de Barcelone Josep Maria Bartomeu, et pourquoi les championnats nationaux et l'UEFA s'y opposent-ils?

Qu'est-ce que la "Superligue"? 
Serpent de mer du football européen depuis une éphémère initiative lancée par le groupe Media Partners en 1998, la "Superligue" revient régulièrement dans le débat, présentée selon les points de vue comme un épouvantail ou comme une évolution nécessaire vers un système plus fermé sur le modèle des ligues nord-américaines (NBA, NFL, MLS...)

Selon plusieurs médias européens, cette compétition pourrait s'appeler "European Premier" et rassembler 16 à 18 équipes des principaux championnats, avec des play-offs en fin de saison. Les clubs seraient assurés d'un nombre de matches fixes chaque saison, et des droits TV afférents.

Pourquoi est-ce inacceptable pour l'UEFA? 
"Les principes de solidarité, promotion, relégation et de ligues ouvertes sont non-négociables", assure l'UEFA, "c'est ce qui fait que le football européen fonctionne et que la Ligue des champions est la meilleure compétition de sport au monde".

La confédération européenne refuse de "détruire" sa compétition reine et assure qu'une Superligue deviendrait "inévitablement ennuyeuse" en contraignant des équipes habituellement dominantes dans leur championnat respectif à jouer le ventre mou de cette nouvelle compétition.

Même rejet du côté des championnats nationaux et des fans: "C'est un projet qui montre qu'ils ne comprennent pas la culture du football européen", a assuré à l'AFP le président de la Ligue espagnole (LaLiga) Javier Tebas.

"Si vous êtes un propriétaire de club ou un financier et que vous vous imaginez qu'une crise sanitaire mondiale est l'occasion idéale pour démanteler le football et le remodeler pour qu'il convienne aux milliardaires... vous n'avez pas idée à quel point les supporters détestent votre concept", a renchéri l'Association anglaise des supporters de football.

Tous les gros clubs sont-ils partants? 
Non. En Allemagne, le Bayern et Dortmund par exemple sont très attachés à la Bundesliga, la compétition préférée des supporters. "C'est un choc des cultures", a lâché le patron du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke.

En Italie, l'administrateur délégué de l'AC Milan Ivan Gazidis, estime qu'"il ne peut y avoir des propositions qui conduisent à une rupture avec les championnats nationaux".

Côté Paris SG, le président Nasser Al-Khelaifi siège personnellement au comité exécutif de l'UEFA, hostile au projet.

Le projet est-il réaliste? 
Dans l'état actuel des calendriers, non. Pour caser une Superligue dans la saison, il faudrait soit tronquer les championnats nationaux, soit réduire drastiquement les rendez-vous des équipes nationales, soit entrer en concurrence directe avec la très prestigieuse Ligue des champions.

Le cas s'est produit au basket, et les meilleurs clubs sont restés fidèles à l'Euroligue, au détriment des nouvelles compétitions.

Economiquement, certains estiment également que les droits TV d'une telle compétition seraient très inférieurs à ce qu'en attendent ses promoteurs.

"Les télévisions ne veulent pas de Superligue. Elles veulent une bonne Liga espagnole, une bonne Serie A, une bonne Bundesliga, beaucoup de produits, pas un seul", assure Javier Tebas.

Projet réel ou coup de bluff ? 
Plusieurs acteurs du football voient dans ce projet un levier de pression avant la renégociation des droits TV et du format de la Ligue des champions en 2024.

"Ces projets sortent toujours au moment où l'UEFA discute de ses nouveaux droits sur trois ans, et on voit apparaître des stratégies, à mon avis, de pression", remarque le patron de LaLiga.

A chaque réforme précédente, l'UEFA a en effet fini par accepter plus d'équipes des grands championnats dans sa compétition reine. Elle pourrait être poussée à organiser des phases de groupes plus longues pour assurer plus de matches.

Que dit la Fifa ? 
Difficile d'imaginer un tel "big bang" sans l'aval de la Fifa... qui dément pourtant soutenir le projet: "En tant que président de la Fifa, je m'intéresse à la Coupe du monde des clubs, pas à la Superligue", a déclaré la semaine dernière Gianni Infantino, le patron du foot mondial, qui rêve d'un Mondial des clubs élargi.

 

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Superligue européenne

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous