Filinfo

Foot

L1: Neymar, la magie en avril

© Copyright : DR
Décisif et impliqué, voire agité, Neymar a imprimé son empreinte sur le classique de Ligue 1 dimanche contre Marseille (2-1), dans la lignée de ses bonnes performances récentes, néanmoins trop tardives dans la saison du Paris SG.
A
A

Le PSG et ses supporters tireront le bilan de l'exercice de leur génie brésilien à l'issue de la 38e journée, mais les conclusions ne font déjà guère de doutes: elles auront un goût frustrant d'inachevé.

Car le N.10 a étalé sa plus belle palette entre la 30e et la 32e journée du Championnat de France... mi-avril, bien après les rendez-vous les plus attendus par le club de la capitale et ses fans.

La faute évidemment aux blessures et à cette mauvaise entorse à la cheville gauche qui l'a laissé sur le carreau entre début décembre et mi-février.

Ce laps de temps a suffi au PSG pour se faire éliminer de la Coupe de France et de la Ligue des champions, malgré la reprise du Brésilien à la fin du match retour au Real Madrid (1-3, aller 1-0) en huitième de finale.

Si Kylian Mbappé a surnagé pendant l'absence de "Ney", les supporters ne pourront s'empêcher d'imaginer ce que l'association aurait donné avec le second en pleine possession de ses moyens dès le printemps.

Car dimanche soir, pour le classique de Ligue 1, dernière joute vraiment importante dans la saison morose du PSG, Neymar a sorti son accoutrement des grands soirs, entre talent brut et coups de rage.

But génial 

Sa soirée a démarré par une franche accolade avec Pedro Miguel Pauleta, l'ex-attaquant adulé du kop venu donner le coup d'envoi.

Elle s'est poursuivie dans la surface marseillaise, avec un éclair de génie dont il a le secret, pour reprendre de volée, du bout du pied gauche, un long ballon envoyé par Marco Verratti (12e).

En face, Valentin Rongier et Pau Lopez ont tout vu trop tard et le ballon a terminé sa course dans les filets... Le "Ney" était déjà parti célébrer, non loin du virage des ultras, ceux-là même qui le sifflaient ces dernières semaines.

Dimanche soir, les hésitations des fans les plus durs envers l'irrégularité du Brésilien ont vite été submergées par les vivats d'un Parc des princes forcément impressionné devant le geste de la star âgée de 30 ans.

Les plus réticents n'ont pas mis longtemps à être rappelés à l'ordre.

Le récital Neymar s'est en effet prolongé, sur un coup franc détourné par Lopez (34e) d'abord, sur quelques combinaisons lumineuses avec Mbappé (38e) ou Messi ensuite, puis sur un penalty provoqué d'une frappe sur le coude de Rongier (45e) et transformé par Mbappé (45e+5).

Les statistiques viennent conforter l'impression: Neymar vient d'enchaîner six buts en trois matches, et même sept en quatre rencontres si l'on compte le but marqué contre le Chili en qualifications pour le Mondial-2022 fin mars avec la Seleçao.

Le comportement du meneur de jeu a aussi de quoi faire parler. Impliqué sur toutes les actions litigieuses, il a même été jusqu'à enrager lorsque l'arbitre lui a donné un carton jaune pour un excès d'engagement sur Mattéo Guendouzi (55e).

Personnalité incorrigible ou signe d'une énergie toujours intacte ? Les dernières journées en diront un peu plus sur les envies du joueur sous contrat jusqu'en 2025, avant l'été agité qui va s'ouvrir à Paris...

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous