Filinfo

Handball

Interview. Younès Tatby: "le Maroc a retrouvé sa place"

Younes Tatby et les membres du staff technique des Lions de l'Atlas. © Copyright : DR
Younès Tatby, ancien capitaine des Lions de l'Atlas et actuel sélectionneur national adjoint, revient sur la préparation de l'équipe nationale pour le Championnat du Monde de handball.
A
A

Le360 Sport: comment s’est déroulée votre arrivée en Egypte?
Younès Tatby: tout s’est bien passé, nous sommes arrivés mercredi (13 janvier) au Caire après avoir effectué un stage en Turquie. Beaucoup de précautions sont prises ici et la peur s’installe après le forfait de deux pays (les Etats-Unis et la République Tchèque, remplacées par la Macédoine et la Suisse). 

Quel est votre état d’esprit?
On est heureux de retrouver notre place après 14 ans d’absence (j’étais joueur à l’époque). Nous sommes sereins aujourd’hui. Ce que le public marocain doit savoir, c’est que c’est une nouvelle génération qui se crée depuis les Jeux Africains 2019, nous avons la plus jeune équipe du tournoi. Nous comptons sur les joueurs de la Botola. Le souci, c’est que le championnat s’est arrêté au mois de mars et les Botolistes représentent 50% de l’équipe. Mais nous avons effectué un stage à Ifrane. Nous avons joué la Guinée deux fois en amical, puis on a affronté l’équipe national turque et des clubs locaux. Nous ne sommes pas suffisamment préparés, mais nous avons l’ambition de faire une belle Coupe du Monde et de se préparer pour la CAN 2022 à Laâyoune. Objectif: podium au pays.

Quelle est votre vision globale sur ce groupe F et ses pensionnaires? 
L’Algérie a remporté 7 fois la CAN et joué plusieurs championnats du Monde. Sur le papier, ils sont mieux et possèdent des joueurs plus expérimentés. Mais on espère créer la surprise et défendre le maillot national corps et âmes. Le Portugal est devenu une grande nation sur les quatre dernières années. L’Islande possède des entraîneurs de qualité, très prisés en Allemagne notamment. C’est un groupe qui n’est pas facile, mais on va essayer de faire une bonne prestation. Nous avons su attirer de jeunes binationaux âgés autour de 17 ans et nous sommes déjà tournés vers l’avenir et la CAN 2022.

Qui sont vos favoris de l’édition?
Je pense que l’Allemagne, la Croatie et l’Espagne, sont les mieux armées pour remporter le titre.

Quel est votre conseil en tant que capitaine de l’EN lors de plusieurs éditions du Mondial?
Il faut s’armer de patience et d’envie. Il faut qu’ils soient comme une famille. Lors de ce Mondial, j’espère que nous ferons bonne figure malgré la jeunesse de notre groupe. 

Comment s’est passée votre reconversion?
Mon passage en France vers 2014 m'a beaucoup. J’ai pris ma retraite pour suivre une formation de haut niveau de 2015 jusqu’à 2017. J’ai eu le soutien du président de la Fédération et j'ai coaché l’équipe de Es-Semara, devenant le plus jeune entraineur à obtenir le doublé Coupe-Championnat. Puis grâce à Noureddine Bouhaddioui, j‘ai intégré l’EN, totalement convaincu par son projet. Nous avançons et nous sommes très optimistes pour le handball marocain qui peut compter sur des cadres nationaux de qualité. C’est une réelle fierté.

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Handball Egypte 2021
Handball Egypte 2021
Handball Egypte 2021

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous