Filinfo

Foot

Le WAC va-t-il rejouer la finale de Radès?

© Copyright : DR
Kiosque360. Le dossier opposant le Wydad à l’Espérance de Tunis devant le TAS arrive visiblement à sa dernière ligne droite. Les échos venant de Genève donnent de l’espoir aux supporters du WAC.
A
A

Un nouveau chapitre de ce qui est connu depuis plus d’une année par le “scandale de Rades” s’est ouvert la semaine dernière à Genève au tribunal arbitral du sport (TAS). Lors de cette nouvelle session, comme l’explique le quotidien arabophone Assabah daté du 1er juin, des témoignages ont redonné espoir au Wydad de Casablanca.

Il s’agit selon le quotidien de ceux d’Ahmad Ahmad, président de la CAF et aussi ceux du délégué du match, Ahmed Ould Yahya, président de la Fédération mauritanienne de football. Pour ces derniers, il était tout simplement impossible de poursuivre la rencontre.

Le patron du football africain a expliqué qu’il a été insulté à plusieurs reprises lors de cette rencontre et il avoue avoir donné l’ordre de finir le match qu’il était, après une heure d’arrêt, impossible de continuer. 

Le président de la CAF raconte aussi que le président de l’Espérance de Tunis l’a clairement menacé de la possibilité de voir une émeute se déclencher au stade si jamais la coupe n’est pas donnée à son club. Des déclarations confirmées par le délégué du match, Ahmed Ould Yahya, qui témoigne que le Wydad n’a pas quitté la pelouse avant la décision finale de l’arbitre.

Pour le quotidien, ces témoignages de hauts cadres de la CAF vont aider le Wydad à convaincre le TAS qu’il n’a pas abandonné. De son côté, le vice-président de la CAF, le Congolais Constant Omari a expliqué que le club tunisien est un habitué de pareils comportements et qu'Ahmad Ahmad a bel et bien été menacé. 

De son côté, Bakari Gassama, l’arbitre de la rencontre est passé lui aussi devant les juges du TAS le même jour. Sauf que selon Assabah, qui, même s’il nous explique que rien n’a fuité de son témoignage, rapporte que les dires de l’arbitre sont contradictoires. Selon le quotidien, la version qu’il a livrée ce jour au TAS ne correspond pas à son rapport d’après-match.

Le quotidien rappelle que c’est Ahmed Ould Yahya qui a demandé à l’arbitre de siffler la fin de la rencontre. Les juges du TAS ont, par ailleurs, refusé d’accepter les déclarations du Wydad concernant le VAR. 

De son côté, l’avocat de l’EST s’est montré moins rassurant qu’à son habitude à la suite de cette dernière séance.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Bakary Gassama
Foot Wydad de Casablanca
Foot Joël Madondo

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous