Filinfo

Foot

Coach Vahid, ne faites pas de l’équipe nationale un cimetière pour les jeunes

Abdou Harroui, néo-Lion de l'Atlas sous les couleurs de la sélection hollandaise. © Copyright : AFP
Trois victoires en autant de matchs et une qualification pour les barrages de la Coupe du Monde 2022: Vahid Halilhodzic peut en être fier. Cependant, le sélectionneur national aurait pu faire mieux, en respectant de jeunes joueurs aussi prometteurs que Abdou Harroui.
A
A

Les Lions de l’Atlas ont réussi à décrocher leur ticket pour les barrages de la Coupe du Monde 2022, après leur double-victoire sur la Guinée-Bissau (5-0 et 0-3) et leur succès face à la Guinée (1-4). C’est ce qu’on peut appeler un rassemblement parfait. Seulement, avec Vahid Halilhodzic, il y a toujours un sentiment d'inaLes Lions de l’Atlas ont réussi à décrocher leur ticket pour les barrages de la Coupe du monde 2022, après leur double-victoire sur la Guinée-Bissau (5-0 et 0-3) et leur succès face à la Guinée (1-4). C’est ce qu’on peut appeler un rassemblement parfait. Seulement, avec Vahid Halilhodzic, il y a toujours un sentiment d'inachevé.

Certes, le Franco-bosniaque a semblé enfin trouver une équipes-type capable d’inscrire plus de buts et en recevoir peu (14 buts marqués et 1 encaissé), mais une sélection nationale ne se résume pas à un groupe de 11 ou 14 joueurs.

Il en a eu la démonstration quand Aymen Barkok, devenu une des valeurs sûres de l’EN, est sorti sur blessure après une demi-heure de jeu face à la Guinée, mardi dernier. Son remplaçant Selim Amallah a réussi à marquer un doublé, mais son rôle dans l’entrejeu des Lions de l’Atlas est resté minime. Heureusement que la défense et Sofyan Amrabat au milieu ont contenu les nombreux assauts du Syli National qui auraient pu faire mouche.

Pourtant, les solutions ne manquaient pas. Un garçon comme Abdou Harroui, milieu de terrain de l'US Sassuolo (Serie A italienne), aurait constitué une bonne paire avec Amrabat. C'est pourtant depuis les tribunes qu'il a regardé les Lions, n'obtenant même pas une place sur le banc. 

“Le coach voulait assurer la qualification avant les dernières journées, c’est pour cela qu’il n’a pas fait trop de changements. Le même onze a pratiquement disputé les trois matchs, mais lors des dernières journées, il va essayer plusieurs joueurs”, nous révèle une source proche du staff technique des Lions de l’Atlas.

Dans l’absolu, on ne peut que donner raison au sélectionneur. Seulement, les matchs contre la Guinée-Bissau ont été pliés rapidement et Coach Vahid avait une belle occasion pour lancer certains novices dans le grand bain. Surtout ceux comme Harroui, un joueur prometteur convoité par les Pays-Bas mais qui a choisi de changer de nationalité sportive pour défendre les couleurs du Maroc. Ou encore Sami Tlemçani, jeune gardien de Chelsea qui a tourné le dos à l’Algérie pour représenter le pays de sa mère.

C’est une anomalie que de convoquer un joueur prometteur, de ne pas le faire jouer et de laisser s'évaporer dans la nature sans fournir d’explications. Le cas Hachim Mastour en est la preuve. L’Italie du football ne jurait que par l’ancien espoir de l’AC Milan, mais il a suffi d’une convocation avec les Lions de l’Atlas pour que son nom tombe aux oubliettes.

Quel message envoie-t-il aux binationaux qui hésitent encore à choisir entre le Maroc et leur pays d’accueil? 

Halilhodzic s’est dit dégoûté des questions de la presse marocaine, il y a un peu de vrai dans ses déclarations. Mais qu’il ne dégoûte pas ces jeunes talents qui risquent de mettre leur carrière en sursis en choisissant de porter le maillot national.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous