Filinfo

Foot

À quoi joue Vahid?

© Copyright : DR
Il y a des victoires qui amènent plus de questions que de réponses. Face au Ghana (1-0), le Maroc a gagné mais sans rien montrer.
A
A

Mais à quoi joue Vahid? C’est la question que l’on se pose tout de suite quand on regarde la composition de son équipe au coup d’envoi. Une défense à trois expérimentale, avec trois centraux aux profils assez proches, qui n’ont pas beaucoup joué ensemble (Saïss, Aguerd et le revenant Yamiq) et dont la complémentarité ne saute pas aux yeux. Un milieu à cinq avec, pour piston gauche, la surprise El Amloud (volontaire mais limité), deux relayeurs (Amrabat et Taarabt), et un «animateur» totalement perdu (Amallah). Et, devant, En-Nsyri et El Haddadi seuls au monde, privés de ballons et de soutiens.

Pourquoi ce choix? En densifiant son milieu, Vahid a présenté un Maroc au visage physique et très peu technique. Le seul joueur capable d’orienter le jeu, Taarabt, a un jeu «téléphoné» parce que lent et prévisible. Hakimi, par exemple, n’a trouvé personne avec qui combiner.

Pour combiner, pour créer du danger en déstabilisant le bloc adverse, il faut amener de la vitesse, du mouvement, des permutations. Et une touche technique, bien sûr. Tout cela était absent face au Ghana.

En première mi-temps, le Maroc n’a cadré aucune frappe. Le seul danger est venu d’une balle arrêtée (corner) avec une tête de Saïss qui a frôlé la transversale. Sinon, dans le jeu, RAS. Walou, comme on dit.

En deuxième mi-temps, le but de Yamiq n’est qu’un trompe l’œil. Les Marocains ont rarement combiné, n’ont tiré aucun corner, et le but de Yamiq est venu d’une balle arrêtée, avec un cafouillage à la clé. Il aurait d’ailleurs pu être invalidé sans que l’on crie au scandale.

Bref, on ne retiendra strictement rien de ce match amical. Si ce n’est la victoire, bien sûr, face à un adversaire de qualité et qui aurait mérité d’obtenir le nul, voire plus. Dans le contenu, c’était poussif. Les choix trop défensifs de Vahid interpellent et interrogent. S’agit-il de simples expérimentations (encore) ou d’une crainte excessive face à cette équipe du Ghana? Seul Vahid connait la réponse.

Et en parlant d’expérimentations, on se demande si le sélectionneur accordera un jour sa chance à un Soufiane Rahimi. Le fera-t-il pour le prochain match amical, face au Burkina Faso? Il le faut, parce qu’il est temps de situer la valeur internationale de ce garçon.

Rahimi, comme Bencharki, resté lui aussi scotché au banc, sont deux garçons remuants, capables d’amener du mouvement et de la fantaisie, qui ont drôlement manqué à cette équipe du Maroc. Pourquoi s’en priver? Pourquoi continuer à s’en remettre éternellement à la patte de Ziyech (passeur décisif sur balle arrêtée) et aux accélérations de Hakimi, qui ne peut pas faire grand-chose quand il est privé d’appuis avec lesquels il peut combiner, et de mouvements/permutations tant au milieu qu’en attaque.

Ce qu’il faut retenir de ce match amical face au Ghana, c’est la victoire, on l’a dit. Mais une victoire trompeuse. Parce que le Ghana a fait plus que jeu égal.

Espérons que Maroc–Burkina Faso de samedi prochain nous apportera un peu plus de (bonnes) réponses.

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous