Filinfo

Foot

Pas de CAN au Maroc, la CAF sans solution?

© Copyright : DR
Alors que le Maroc s'apprête renoncer à l'organisation de la prochaine Coupe d'Afrique des Nations, la CAF se retrouve dans une position inconfortable. Il n'y a personne pour organiser la CAN 2019.
A
A

Alors que la CAF d'Ahmad Ahmad cherche un remplaçant au Cameroun pour la CAN 2019, et redistribue l'organisation des prochains tournois selon son bon vouloir, voilà que son supposé "plan B", le Maroc, ne va pas candidater. 

Lire aussi: Exclu360: le Maroc n'organisera pas la CAN

Pourtant, d'après une source au sein de la Fédération royale marocaine de football, "tout est prêt" pour accueillir une telle manifestation. Mais les autorités gouvernementales marocaines ont choisi de ne pas donner le "feu vert" à Fouzi Lekjaa.

À priori, la raison de cette non-candidature marocaine à l'organisation de la CAN 2019 trouve sa source dans le tollé provoqué par la décision de la CAF envers le Cameroun. Ici et là sur le continent, les observateurs se répandent pour fustiger l'attitude supposée du Maroc, coupable à leurs yeux d'avoir manoeuvré en coulisses pour une délocalisation de la prochaine Coupe d'Afrique des Nations sur son territoire.

Fantasme ou réalité, toujours est-il que les décideurs marocains en sont arrivés à la conclusion que l'opportunité d'accueillir l'Afrique du football en juin prochain n'est pas forcément une bonne idée dans un contexte géopolitique où le Royaume a besoin de ses alliés continentaux. 

La décision de la CAF a des répercussions qui vont au delà du Cameroun et de 2019, car par ricochet, la République de Guinée et la Côte d'Ivoire, hôtes initiaux des CAN 2021 et 2023 sont impactés.

Lire aussi: Délocalisations en série, à quoi joue la CAF

Alors que va faire, que peut faire la Confédération africaine de football? La limite pour le dépôt de candidature à l'organisation de la CAN 2019 expire vendredi soir à minuit. Et tout porte à croire que la CAF va se retrouver seule. Car malgré des déclarations d'intentions, non actées officiellement, personne n'a déposé le moindre dossier au Caire en Éguypte, siège de l'instance dirigeante du football continental.

L'Afrique du Sud, grâce à ses infrastructures et son savoir-faire (Mondial 2010, CAN 2013) apparaît comme la destination la plus logique pour accueillir les 24 pays qualifiés pour la grand-messe du football africain. Mais une rumeur persistante laisse entendre que le pays des Bafana Bafana a d'autre priorités, notamment budgétaires. En tout cas pour l'instant il n'y a pas de candidature sud-africaine.

Voilà donc une nouvelle équation à résoudre dans les plus brefs délais pour l'insaisissable Ahmad Ahmad...

Lire aussi: Quand Aurier dézingue la CAF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par David Astorga
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

L'Égypte demande à la CAF d'avancer la CAN

Foot télévision
Foot télévision

La CAF met la pression sur beoutQ

Foot CAF
Foot CAF

Ahmad Ahmad s’explique sur les fameux 200 MDH


1 commentaires /

  • Hicham Ababou
    Le 12 Dec. 2018 à 18h17
    la plus belle nouvelle que j'ai lu cette année après celle du lancement du TGV Marocain les africains sub sahariens disait que le Maroc était derrière la décision de l'élimination du Cameroun pour qu'il puisse l'organiser ils nous insultaient et insultaient notre Cher pays et nous traitaient de toutes les insultes ...ils nous détestent qu'ils aillent en enfer avec leur coupe d’Afrique...
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Voici les conditions du retour des tifos dans les stades

Tanger va-t-il éliminer le Zamalek?

Les réserves d’Infantino sur le Mondial 2030

Cristiano Ronaldo ou «Monsieur Finales»

Le mercato non prolongé cette année

La Coupe du monde des clubs au Maroc?

L’OCS ne paiera pour ses hooligans

Gerard Piqué, le futur président du Barça

La ville ocre, capitale du football mondial

Les arbitres marocains à l'heure de la high tech