Filinfo

Botola

Et le derby a fait pschitt!

© Copyright : DR
Ni le Wydad, ni le Raja, ne méritaient les trois points du match! Faut-il vraiment s’en étonner?
A
A

1-1 et un match fermé, pauvre en occasions de buts. Le derby casablancais a fini par accoucher d’une souris. On n’en retiendra que les deux buts, très jolis, surtout celui de Benyachou, son premier avec les Rouges depuis son arrivée de Safi. Voilà un garçon qui promet beaucoup, par sa vitesse et son culot, mais qui avait besoin d’un déclic pour lancer réellement son aventure wydadie.

Le but égalisateur de Hadhoudi nous rappelle, quant à lui, pourquoi ce garçon a été recruté (en provenance d’El Jadida) pour remplir le vide laissé par Banoun: il lui ressemble en tous points, et son but est typiquement le genre de coup de boule que Banoun avait l’habitude de mettre quand il était encore au Raja.

Ces deux buts nous feront facilement oublier le reste, parce qu’il n’y a pas eu grand-chose. Disputé sur un rythme lent et haché, le derby ne pouvait pas avoir de vainqueur.

Le Wydad de Regragui ne ressemble pas à celui de Benzarti. C’est une équipe qui laisse désormais le ballon à son adversaire et préfère l’attendre pour le «punir» sur un contre assassin. Le WAC a perdu sa puissance offensive, qui s’est peut-être envolée avec le départ à l’intersaison de trois armes offensives essentielles (El Kaâbi, Ounajem, Karti). Mais il a gagné en rigueur défensive.

Ce changement de philosophie est avant tout dicté par le profil des joueurs à la disposition de Regragui, après la valse des départs. Le Wydad ne produit pas beaucoup de jeu et joue avec économie. Il gagne souvent par la plus petite des marges. Mais il engrange des points (cinq longueurs d’avance sur son adversaire du jour) et il possède une marge de progression intéressante avec l’adaptation en cours de Mbenza et Benyachou, et l’arrivée à maturité d’un garçon comme Hassouni.

Que dire du Raja? Depuis le changement intervenu à la tête du club, avec l’arrivée d’un nouveau président, l’équipe fait du surplace et enchaine les nuls. On parle aussi de la possible éviction du coach, Lassaad Chabbi, dont le bilan sportif est pourtant remarquable.

Sur le match d’hier, le Raja a fait ce qu’il a pu. Il a eu le ballon, comme prévu. Normal, quand on possède au milieu des manieurs comme Hafidi et Metouali, malgré leur forme très moyenne. Mais le Raja, on l’oublie souvent, a perdu deux magnifiques attaquants et buteurs au mercato d’été: Malongo et Rahimi, pas vraiment remplacés.

Il a justement manqué un Rahimi pour étirer la défense regroupée du Wydad, ou tenter une frappe soudaine. Il a manqué un Malongo pour faire la différence dans les petits espaces et s’appuyer sur la défense adverse en jouant dos au but.

Sans ces deux joueurs majeurs, le Raja de Lassaad essaie de modifier ses plans, en misant davantage sur les incursions du milieu, avec les jaillissements d’un Zrida ou les inspirations des deux artistes: Hafidi et Metouali. Problème, ces deux derniers sont encore loin de leur forme optimale…

Les limites des deux équipes se sont vues, hier, le temps de 90 minutes. Inutile de s’en prendre aux entraineurs, qui essaient de tirer le maximum des effectifs en place. Si, dans le contenu, ce derby a été parmi les plus pauvres de ces dernières années, il a par contre situé fidèlement le niveau actuel des deux équipes. Ni le Wydad, ni le Raja, ne méritaient les trois points du match!

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous