Filinfo

Botola

L’enfer du décor. De Soualem, d'El Haimeur et du foot de cœur

© Copyright : DR
Les clubs marocains, et le foot national en général, avaient besoin qu’une «modeste» équipe leur rappelle qu’à l’évidence l’argent ne fait pas le bonheur.
A
A

Le match de vendredi entre la Jeunesse sportive Soualem et le Wydad de Casablanca est une belle leçon -une vraie- de foot, voire de la Vie. Car, tout observateur averti ayant suivi cette rencontre des extrêmes ne peut se priver d’avouer son plaisir de l’avoir fait du début jusqu’à la fin sans s’ennuyer, tant le suspense était de mise. Et le score renseigne sur le degré d’engagement des deux formations: 7 buts au total.

Deux clubs aux moyens financiers diamétralement opposés, antinomiques, en ont décousu pour nous fournir une belle partie de foot. Point d’ennui. C’est tout à leur honneur.

Le Wydad, à l’abri des tracas financiers, et la Jeunesse sportive de Soualem en proie à des difficultés financières. Sur le terrain, on ne voyait pas de différence. Mieux, force est de le reconnaitre, la JSS qui recevait sur terrain neutre (Ahmed Choukri à Zemamra), était la meilleure.

La possession de balle est en sa faveur: 55%. Face à une équipe comme le Wydad, cela compte. Les occasions créées par ses joueurs plaident aussi en sa faveur. S’il n’y avait ce penalty raté, peut-être aurait-elle gagné. Ce qui, au passage, n’enlève rien au mérite du Wydad.

La veille du match, Redouane El Haimeur s’est plaint que pas moins de huit (8) joueurs de son équipe n’aient pas obtenu l’autorisation de jouer. Il l’a fait, mais de manière courtoise, en prévenant toutefois: «nous serons très diminués face au Wydad». Mais sans verser dans le manichéisme.

Cet ancien joueur du Raja de Casablanca sait peser ses mots. Il ne s’enflamme pas à l’occasion de grandes victoires. Et il ne désespère pas suite aux échecs. Parce que, son parcours durant, il en a vu des vertes et pas mûres.

Car, voilà qu’il est à la tête de l’équipe de Had Soualem, province de Berrechid, dans la région Casablanca-Settat, depuis douze ans. Il est parvenu à mener l’équipe de la 4e division à la première. Les responsables qui lui ont fait confiance méritent aussi des encouragements.

Quelqu’un de bien informé a confié à l’auteur de ces lignes que Redouane El Haimeur n’a pas de contrat proprement dit avec la JSS. Et que, même en cas de départ, il n’ira jamais ester en justice contre son actuel club. C’est tout à son honneur.

Redouane El Haimeur ne se départit jamais de sa casquette. Aussi bien sur le terrain qu’ailleurs, en faisant, par exemple, des courses. Vivant bien à Had Soualem, il est fort estimé.

Pour sa bonté, la bonté de Had Soualem et celle de ses gens, chapeau bas. Et le meilleur est à venir. Sans doute.

Merci de nous avoir rappelé que le foot n’est pas qu’une affaire de gros sous.

Par Abdelkader El-Aine
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous