Filinfo

Botola

LNFP, ça sert à quoi au juste?

Assemblée générale de la LNFP, le 20 juin 2022. © Copyright : DR
La LNFP a tenu son Assemblée générale, lundi 20 juin au complexe Mohammed VI de football. Une chance en or pour les dirigeants de mettre les points sur les i et corriger leurs lacunes. Il n’en fut rien.
A
A

La Ligue nationale de football professionnel, instance qui gère aujourd'hui les première et deuxième divisions de la Botola Pro Inwi, a tenu son Assemblée générale, lundi 20 juin.

Je vous vois d’ici froncer les sourcils avec un air perplexe, vous demandant ce que les mots «professionnel» et «Botola» font ensemble dans la même phrase. L’explication est simple: depuis quelques semaines, je me suis découvert une fibre humanitaire et j’entends la déployer au bénéfice des plus miséreux et souffreteux parmi nous. J’ai naturellement et immédiatement pensé au championnat national. Voilà, on ferme la parenthèse.

Les représentants de clubs des deux divisions de la Botola Pro Inwi se sont donc retrouvés au Complexe Mohammed VI de football. Une chance en or pour les dirigeants de mettre les points sur les i, corriger leurs lacunes et discuter de l’avenir de la Ligue en proposant de nouvelles idées.

Malheureusement, ladite assemblée a tourné au ridicule. Les présidents, vice-présidents et autres SG des équipes marocaines, ces icônes des temps modernes qui ne ratent pas une occasion pour s’afficher dans les médias et commenter de fausses polémiques, n’ont levé leur petit doigt que pour valider les rapports financier et moral.

À les voir, on croirait que leurs clubs ne souffrent d’aucunes crises et que tout va bien dans le meilleur des mondes. Alors que la vérité est toute autre.

Endettés jusqu’au cou et dépendant des aides des autorités et des droits TV, les clubs se devaient d’ouvrir le débat sur de nouveaux moyens de financement. La Fédération royale marocaine de football ne sera pas toujours derrière pour payer les pots cassés. Elle est au-dessus de la LNFP, certes, mais cette dernière doit servir à quelque chose, non?

Au moins un d’entre eux aurait pu proposer une évolution de l’association, pour qu’elle laisse de côté son modèle mono-produit, basé exclusivement sur le match et la vente de droits TV. La LNFP doit comprendre qu’autour du foot il y a beaucoup plus que les 90 minutes.

Un petit exemple: depuis plusieurs années, l’ONMT fait la promotion de la destination Maroc en investissant énormément d’argent. Une aubaine pour la LNFP, via la Botola Pro Inwi, qui peut encourager le tourisme footballistique. Elle vendrait alors une expérience autour du football, de la gastronomie, de la culture, du tourisme dans les différentes villes du Maroc. Chaque région est différente. L’expérience d’aller voir un match à Agadir ou à Tanger le sera tout autant.

Autre moyen de générer des revenus supplémentaires: les droits TV. Oui, la SNRT possède les droits de la Botola Pro Inwi. Mais vendre les droits de la Botola Pro D2 à des plateformes digitales pourrait être une possibilité envisageable, surtout que les clubs de D2 ne cessent de se plaindre d’être lésés sur ce point.

La FRMF a pour objectif de donner à la Botola Pro Inwi, à moyen et long termes, un rayonnement international, mais avec des clubs qui n’ont même pas de sites officiels dignes de ce nom, qui ne profitent pas de la numérisation progressive de la société; elle attendra longtemps.

Le hooliganisme, le racisme, le trucage des matchs devaient également être débattus lors de ladite assemblée, sans oublier les supporters qui sont le consommateur final de la Botola. La SNRT est le principal client de la Botola, mais s’il n’y a pas de supporters qui voient les matchs, la Société nationale de radiodiffusion et de télévision ne payera pas pour retransmettre les matchs. C’est donc primordial de fidéliser les supporters et d’en recruter de nouveaux au Maroc et à l’étranger.

En vérité, il ne faut rien attendre de la LNFP et des autres dirigeants de clubs qui s’obstinent à porter des costumes mal taillés. Hier, ils se sont empressés, à approuver les rapports financier et moral, et ont élu Abdeslam Belkchour comme nouveau président, bafouant les statuts de la Ligue (on dirait qu’ils se débarrassaient d’un boulet).

Conformément aux règlements, après la démission de Naciri, Belkchour, en sa qualité de premier vice-président, conduira la LNFP et constituera sa liste en vue de la présenter lors de la prochaine Assemblée générale élective. Il n’est donc pas élu, mais désigné.

Comme d’habitude, un communiqué estampillé FRMF est tombé, quelques heures plus tard, pour rectifier le tir.

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous