Filinfo

Foot

Botola: exit les pelouses synthétiques

© Copyright : DR
Kiosque360. Trois stades des clubs de la division d’élite ne seront pas opérationnels au début de la Botola en attendant de les doter de pelouses naturelles. Une opération qui va se généraliser aux stades de la deuxième division.
A
A

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a décidé de fermer les terrains dotés d’une pelouse synthétique. Les stades concernés par cette décision sont Saniat R’mel (Tétouan), Ahmed Choukri (Zemamra), et le stade municipal d'Oued Zem, informe le quotidien Al Ahadath Al Maghribia du lundi 23 novembre.

En effet, selon la fédération, les surfaces synthétiques entraînent des traumatismes musculaires, torsions et stress au niveau des articulations. Les clubs concernés par cette décision d’interdiction sont dans une course contre la montre pour trouver des stades où jouer les matchs de la Botola.

Ainsi, le Moghreb de Tétouan est en cours de négociation pour jouer ses matchs au stade municipal de Kénitra, tandis que le Rapide Oued Zem accueillera ses adversaires au Complexe sportif du phosphate et Zemamra au stade El Abdi.

Pour gagner du temps, un bureau d’études a effectué une visite des trois stades concernés et fixé les modalités pour les doter de pelouses naturelles. Une opération qui durera jusqu’au mois de mars prochain, avant de permettre aux clubs concernés de reprendre leurs quartiers. 

Conformément à sa stratégie, la fédération va généraliser l’équipement en pelouse naturelle dans tous les stades des clubs de D1 et D2, dans le but d’éviter les erreurs du passé. En effet, selon Al Ahdath, la génération de pelouses synthétiques dont on a équipé les stades il y a dix ans s’est avérée dangereuse pour la santé des joueurs. 

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Crise sanitaire
Foot Stades
Foot éliminatoires mondial 2022

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous