Filinfo

Foot

En football, le statut de favori passe par la réalité du terrain

Les équipes nationales U17 du Maroc et de l'Algérie à la CAN 2023. © Copyright : DR
La sélection marocaine dirigée par l’ex-international Said Chiba, un entraîneur habile, pondéré doublé d’un communicant brillant est à une victoire d’une qualification pour la prochaine Coupe du Monde U17.
A
A

Avec le retour des Ligues des Champions en Europe et en Afrique, et le match des ¼ de finales de la CAN U17 entre le Maroc et l’Algérie, la semaine qui vient de débuter s’annonce riche et éprouvante pour les passionnés du football parmi le public marocain.

A tout seigneur tout honneur, le match qui va déchaîner les passions est celui des jeunes U17 qui seront opposés aux jeunes de la sélection algérienne à Constantine, mercredi 10 mai à 20h00. La sélection marocaine dirigée par l’ex-international Said Chiba, un entraîneur habile, pondéré doublé d’un communicant brillant est à une victoire d’une qualification pour la prochaine Coupe du Monde U17.

Auteur d’un bon parcours ponctué par deux victoires contre l’Afrique du Sud et le Nigéria, grand favori du tournoi, le Maroc a fait tourner son effectif lors du troisième match contre la Zambie, pour éviter les blessures et donner un peu de repos aux titulaires qui se sont dépensés sans compter lors des deux premiers matchs. Ils étaient qualifiés et assurés de terminer premiers du groupe. Ce n’est pas le cas de l’Algérie, pour laquelle le troisième match était déterminant pour passer en quart. En effet après une première victoire, ils ont subi une humiliation à domicile avec une défaite 3-0 contre le Sénégal. Ils n’ont arraché leur qualification qu’aux dernières minutes du match avec un nul heureux face au Congo largement dominateur tout au long de la partie.

Faut-il pour autant en tirer des conclusions hâtives? Aucunement, le prochain match sera serré et indécis jusqu’au coup de sifflet final. La logique voudrait que les Lionceaux soient favoris, ils sont plus forts tactiquement, techniquement et mieux organisés sur le plan défensif, mais le facteur public jouera en faveur des jeunes Fennecs, ils seront soutenus tout au long du match par un public chauvin et bruyant, il faut juste souhaiter que la rivalité reste sportive et ne dérape pas comme lors de la fin du match qui a opposé les mêmes équipes en finale de la Coupe arabe des U17.

Systématiquement interrogé par les médias algériens sur la qualité de l’accueil, Chiba ne s’est jamais laissé entraîner dans des polémiques stériles et a toujours essayé de recentrer le débat sur le sujet premier des conférences d’avant ou après matchs, à savoir l’analyse technique des rencontres. S’il réussit à maintenir le groupe dans l’état d’esprit des deux premiers matchs, l’espoir de représenter l’Afrique en Coupe du Monde sera renforcé pour l’équipe nationale marocaine.

Le deuxième match qui suscite un grand intérêt pour le public marocain va opposer le Wydad, champion en titre et dernier représentant marocain en Ligue des Champions, au Mamelodi Sundowns, le champion sud-africain, samedi 13 mai à Casablanca. Le Wydad, du haut de ses 86 ans, était favori jusqu’à son non-match face à l’AS FAR et au licenciement de son entraîneur espagnol, Juan Carlos Garrido. Le nouvel entraîneur va avoir une lourde responsabilité, celle de rebooster l’équipe et introduire une nouvelle dynamique de victoires, il pourra s’appuyer sur l’expérience, des joueurs et du club.

Le troisième, et probablement le plus important de la saison internationale, opposera le Real Madrid à Manchester City, l’affiche que tous les amateurs de football attendent pour plusieurs raisons. C’est une revanche de la demi-finale perdue par Man City, la saison dernière. C’est aussi le match qui oppose Pep Guardiola, fervent militant catalan, au Real Madrid, c’est enfin une opposition entre le club le plus titré de l’histoire de la Ligue des Champions à celui qui aspire à en gagner une depuis plus de dix ans. Wayne Rooney, pourtant ex joueur de Manchester United, le rival local des Citizens, a tranché: «Manchester City ne va pas seulement battre Madrid, il va les détruire». C’est une prédiction très forte que partagent plusieurs observateurs du monde du football. Ce Manchester City a changé, ce n’est plus le même depuis que Guardiola privilégie le résultat à toute autre considération et surtout depuis l’arrivée de Erling Haaland, un monstre d’efficacité et une véritable force de la nature.

City continue à être une équipe séduisante, technique, fluide dans son jeu et spectaculaire dans son évolution, mais avec modération et verticalité. Le Real ne s’est pas renforcé à l’intersaison, Tchouaméni a remplacé Casemiro sans vraiment le faire oublier, le nouveau venu a même été supplanté par Camavinga, quasi titulaire cette année. Mendy, blessé, n’a pas été remplacé, sa solidité défensive à gauche fait défaut, Benzema ne retrouve pas sa forme d’il y a un an, son deuxième titre en tant que capitaine en Coupe du Roi va peut-être le revigorer. Il détient la clé de ce match, s’il retrouve sa forme, Valverde son énergie et Modric sa condition physique, rien ne sera perdu pour le Real. Le titre de meilleure équipe du monde est en jeu.

Ce qu’espère le public c’est du spectacle, la qualification des Lionceaux et un retour gagnant du Wydad et ça c’est la réalité du terrain qui le déterminera.

Par Larbi Bargach
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions UEFA
Foot Ligue des champions
Marocains du monde Ligue des champions

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Info

Retrouvez-nous