Filinfo

Foot

Une récompense individuelle pour le Maroc serait la bienvenue

Yassine Bounou, gardien d'Al Hilal. © Copyright : Al Hilal
En ce qui concerne le Prix Yachine, Yassine Bounou est candidat. Son parcours lui ouvre toutes les portes que ce soit avec l’équipe nationale ou en club.
A
A

Sans la catastrophe qui a frappé et meurtri le pays, il y a une dizaine de jours, c’est la nomination du gardien de but de l’équipe nationale Yassine Bounou à la course au Ballon d’Or et au trophée Yachine qui auraient accaparées les «unes» des médias marocains et les débats sur les réseaux sociaux. En effet, cette double nomination constitue une première pour les Lions de l’Atlas, habitués aux seules consécrations continentales. Faras, Timoumi et Zaki avaient remporté le Ballon d’Or africain, une version du trophée dédiée à l’Afrique, attribuée entre 1970 et 1994.

Elle le place, pour la saison 2022-2023, parmi les trente meilleurs joueurs du monde et les dix meilleurs gardiens de but. S’il a peu de chance de concourir pour le Ballon d’Or, Bounou en a de sérieuses de faire partie du podium pour le titre de meilleur gardien au Monde. Malgré cette présence, une première polémique a été soulevée par les observateurs, elle concerne l’absence de certains de ses coéquipiers.

Azzedine Ounahi, le fameux et brillant n°8 des Lions ne fait pas partie de cette élite. Il a pourtant été considéré comme la révélation de Qatar 2022, par Luis Enrique, l’ancien entraîneur de l’équipe d’Espagne. Sofyan Amrabat, malgré sa deuxième place individuelle en termes de kilomètres parcourus, 70 au total et de l’avis des commentateurs un des meilleurs demis de la compétition, n’y figure pas non plus. Ounahi, à titre d’information est troisième de ce classement avec 68 kms au compteur. Achraf Hakimi, la vedette du Paris Saint Germain n’y est pas, c’est pourtant un des meilleurs latéraux actuels. Ce sont des joueurs marocains et le Maroc est demi-finaliste de la Coupe du Monde 2022. Il a été éliminé par le champion du Monde en titre, la France. Il semble que ce n’est pas suffisant.

Le football c’est d’abord des compétitions entre clubs rivaux et entre nations. Certaines sont officielles d’autres amicales mais toutes ont un objectif, désigner un vainqueur. L’attribution des titres, que ce soit dans les compétitions organisées en championnat ou en coupe, ont de tout temps concerné les équipes de clubs ou les nations. C’est un sport collectif.

Mais depuis que le football est devenu un spectacle, un peu comme le cinéma ou le théâtre, il s’en inspire en créant des trophées individuels. Si les Oscars ou les Césars récompensent des acteurs, des actrices, des réalisateurs et des réalisatrices, le football n’est pas en reste et s’est doté de trophées individuels, cette fois en dehors des compétitions.

C'est la célèbre revue française «France Football» qui a lancé le premier prix destiné aux footballeurs. Elle est à l’origine du «Ballon d'Or», tant convoité par les joueurs aujourd’hui. Ce prix constitue même la quasi seule raison d’exister du média. C’est assez incroyable comme retournement de situation, le «Ballon d’Or» a été créé pour améliorer leurs ventes de fin d’année, à l’époque la plupart des pays européens observaient une trêve hivernale, il est aujourd’hui leur principale source de revenus.

Depuis, la plupart des quotidiens, des hebdomadaires, des mensuels et plus généralement des médias se sont dotés de prix, nationaux ou internationaux, destinés à récompenser des joueurs, des équipes, de jeunes révélations etc. Aucun média n’a eu le succès rencontré par le «Ballon d’Or». La FIFA, l’UEFA ou la CAF se sont également lancés dans cette aventure de création de prix individuels. Ce qui les intéresse, c’est l’événement qui va avec. L’attribution d’un trophée «The Best» par exemple pour la FIFA donne lieu à des cérémonies animées par des vedettes et des événements qui offrent une visibilité supplémentaire aux différents sponsors. La cérémonie du Ballon d’Or cette année est prévue le 31 octobre 2023, à Paris. Un favori?

Messi, en sa qualité de champion du Monde avec l’Argentine. C’est un choix attendu, Messi est une icône du monde du sport, un talent incomparable pour ses contemporains. Il est un favori logique même si ce choix génère un nombre incalculable de polémiques sur les réseaux sociaux. Il est vrai que sa saison au PSG n’a pas été brillante.

Il n’est pas seul à y prétendre. Erling Haaland, avant-centre de Manchester City aussi. Il est champion d’Europe, une première historique pour le club qu’il vient de rejoindre cette année. C’est un buteur hors normes, avec une moyenne d’un but par match depuis 2019. A 23 ans seulement, rien ne semble l’arrêter. Pour lui, c’est le parcours de son équipe nationale qui fait tache sur son CV pour la saison 2022-2023.

Mbappé, auteur d’un triplé en finale aurait pu y prétendre également, mais il a perdu, ça peut lui coûter la récompense.

En ce qui concerne le Prix Yachine, Yassine Bounou est candidat. Son parcours lui ouvre toutes les portes que ce soit avec l’équipe nationale ou en club. Il a été extrêmement décisif notamment face à l’Espagne et en finale de l’Europa League, remportée par son club, le Séville FC, pourtant en bien mauvaise posture. En face, il aura Emiliano Martinez, le gardien de l’Argentine auteur d’un arrêt époustouflant en finale à Doha, son geste polémique lors de la cérémonie de distribution des prix peut lui coûter des points. Marc-André Stegen, champion d’Espagne avec le Barça, Ederson de Manchester City, Thibaut Courtois, probablement le plus doué malgré un Mondial décevant et Mike Maignan, le nouveau portier de l’équipe de France sont les favoris. Sauf énorme surprise le trophée se jouera entre eux.

Ce ne sont pas les seuls trophées à attribuer lors de la cérémonie. Il y aura le Ballon d’Or féminin, le trophée Gerd Muller du meilleur buteur, le trophée Kopa du joueur le plus prometteur (moins de 21 ans) et le trophée Socrates pour mettre en avant l’engagement des footballeurs dans des projets sociaux et caritatifs. L’équipe nationale marocaine est un sérieux candidat pour ce dernier trophée, mais ce sera l’année prochaine. Ses actions dans le drame qui a touché l’ensemble des Marocains lui a fait gagner des suffrages.

Par Larbi Bargach
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Yassine Bounou

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Info

Retrouvez-nous