Filinfo

Foot

L1: Paris SG à un point d'un triomphe doux-amer

La joie des joueurs du PSG contre Nice, le samedi 8 avril 2023. © Copyright : AFP
Le Paris Saint-Germain est tout proche d'un onzième titre de champion de France à Strasbourg, samedi (21h00), où il lui suffira de ne pas perdre pour boucler enfin avec le sourire une saison émaillée de crises à répétition.
A
A

Le PSG va pourtant effacer le record de Saint-Etienne, dix fois champion de France, mais la fête s'annonce morose.

S'il subissait une septième défaite en Ligue 1, toutes en 2023, le PSG garderait de toute façon la main sur sa couronne avant la 38e et dernière journée, fort de ses six points d'avance sur Lens et de sa bien meilleure différence de buts, +50 contre +34 aux Sang et Or, qui reçoivent un AC Ajaccio déjà relégué.

Même en cas de défaite au Racing, qui lui aussi n'a besoin que d'un point pour se maintenir dans l'élite, le titre ne devrait plus échapper aux Parisiens, en tête depuis la première journée.

Après bien des déboires, les éliminations en Coupe de France à Marseille (2-1) et en Ligue des champions au Bayern Munich (1-0/2-0), après les multiples crises traversées, les dernières en date étant la suspension de Lionel Messi pour son voyage promotionnel en Arabie Saoudite ou le siège de certains ultras devant le domicile de Neymar, Paris touche enfin au but.

L'ambiance est rassérénée, les supporters et le club sont réconciliés, et Kylian Mbappé a encore quelque chose à aller chercher pour assouvir sa gourmandise, un cinquième titre d'affilée de meilleur buteur, performance seulement réalisée par Jean-Pierre Papin avec l'OM, de 1988 à 1992.

Terminer en beauté 
"Kyk's" a toujours l'avantage, deux longueurs d'avance devant le Lyonnais Alexandre Lacazette, 28 buts contre 26.

Messi, lui, est assuré du titre de meilleur passeur avec ses 16 "assists", trop loin devant le Marseillais Jonathan Clauss (11) et son coéquipier Neymar (11), blessé depuis février.

Ce match dans la bouillante Meinau est l'avant-dernière occasion de voir le génial septuple Ballon d'Or en L1, puisqu'il va très probablement partir, certainement en Arabie Saoudite.

Le PSG est déjà plus occupé par l'intersaison à venir que par les festivités du titre au Parc des Princes, devant son public.

Cette onzième couronne permet pourtant de battre le record des "Verts" datant de 1981, avec un dixième Championnat de France conquis par la bande à Michel Platini.

"Pour l'instant on n'est pas champion", prévient toutefois Christophe Galtier, "il y a ces deux matches (Clermont au Parc pour la 38e et dernière journée, NDLR), j'espère qu'on le sera demain soir."

Mais l'entraîneur parisien aimerait terminer en beauté un parcours éprouvant, surtout depuis le retour de la Coupe du monde, où son équipe n'a plus jamais, sur un match entier, retrouvé de sa superbe du début de saison.

Pour Galtier, l'aventure parisienne devrait s'arrêter sur ce second titre de champion, deux ans après celui conquis avec Lille.

Mais le technicien ne veut pas en parler. "Je suis en relation permanente avec Louis Campos (le directeur du football), je vois très souvent mon président, on n'a pas parlé de la saison prochaine", jure-t-il.

"Pas perturbé du tout" 
Il a lu dans la presse les rumeurs sur de potentiels successeurs, Luis Enrique, le dernier en date, José Mourinho, Marcelo Gallardo ou encore Thiago Motta.

"Qu'il y ait des noms qui circulent fait partie de mon métier, du foot, cela ne me perturbe pas du tout", assure Galtier. "Il y a, un, ce que vous écrivez, vous journalistes, et ce que moi je vis au quotidien".

Galtier ne veut "pas faire de bilan" avant la fin de la saison, mais a tout de même répondu à la question: "Que manque-t-il au PSG pour gagner la Ligue des champions".

"Pour se donner le maximum de chance, il faut être en forme en février, nous ne l'avons pas été", regrette-t-il, rappelant "la Coupe du monde, le calendrier chargé, les joueurs importants absents sur ces matches", dont Neymar, blessé depuis février.

A Strasbourg, il sera privé d'Achraf Hakimi, suspendu. Quant à Marquinhos, Fabian Ruiz et Hugo Ekitike, ils ont rejoint l'infirmerie.

A 56 ans, ce vieux routier du foot sait que le mercato va prendre de plus en plus de place dans les discussions, avant même que les confettis du titre ne soient tous retombés.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Jeux olympiques 2024
Marocains du monde Achraf Hakimi

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Info

Retrouvez-nous