Filinfo

Foot

Ligue 1: Angers, club de Boufal et Ounahi, la drôle d'ambiance

© Copyright : DR
Entre une poisse tenace sur le terrain, un entraîneur débutant aux commandes, un mercato incertain et des affaires judiciaires à foison autour d'Angers, c'est une lanterne rouge bien patraque qui se présente mercredi (21h00) à Paris.
A
A

Une lente descente aux enfers
En championnat, les défaites s'enchaînent, cruelles et régulières: le SCO reste sur neuf revers d'affilée et n'a plus gagné depuis mi-septembre.

Même à domicile, les Angevins sont à la peine, tant le stade Raymond Kopa sonne souvent creux surtout avec sa nouvelle tribune centrale, quand il n'est pas pris d'assaut par les supporters adverses.

Tout n'a pourtant pas toujours été catastrophique. Le SCO a parfois su créer du beau jeu, mais ça n'a jamais suffi, comme lors de la défaite 2-1 contre Lorient le 1er janvier.

Angers a longtemps fait la course en tête, mais avec un but contre son camp d'Abdallah Sima, qui avait ouvert son compteur sous le maillot angevin une heure plus tôt, une frappe sur la barre transversale, une main litigieuse non sifflée et une victoire des Merlus arrachée dans les dernières minutes, le sort s'est acharné.

"Ce n'est pas possible, qu'est-ce qui nous tombe sur la tête ?", a commenté le président Saïd Chabane.

La Coupe comme oxygène
Le mauvais oeil serait-il vaincu? Angers s'est imposé aux tirs au but contre Strasbourg samedi en 32e finale de la Coupe de France.

Peu importe si le match, marqué par un manque de créativité et un déchet technique incroyable, s'était terminé sur un terne 0-0, le SCO a savouré sa victoire.

"On vient d'arrêter une spirale négative, il faut apprécier", a salué l'entraîneur Abdel Bouhazama. "Ca peut redonner de la confiance aux garçons. Les voir dans le vestiaire avec le sourire, heureux, c'est bien". Mais le déplacement au Parc des Princes tombe mal pour espérer entretenir la dynamique.

Un novice aux commandes
Un mois et demi après le limogeage de Gérald Baticle, Abdel Bouhazama, chargé de l'intérim, a été confirmé la semaine dernière jusqu'à la fin de la saison.

Agé de 54 ans, il a rejoint Angers en 2013. Mais il était en charge des jeunes et n'a jamais dirigé une équipe professionnelle.

Difficile de savoir si Chabane l'a nommé faute de meilleur candidat à la portée de sa bourse ou s'il n'a jamais vraiment eu l'intention de chercher ailleurs. Mais il a salué "l'ambiance constructive" instaurée par Bouhazama.

Un mercato bingo
Alors qu'il cherche en vain un repreneur depuis au moins deux ans, Chabane dispose enfin, avec les exploits inespérés des Marocains Sofiane Boufal et Azzedine Ounahi au Mondial, de deux atouts de taille pour remettre les finances d'aplomb.

Parallèlement, Nabil Bentaleb, capitaine et plaque tournante du jeu angevin, attise les convoitises et n'a pas caché son souhait de retourner à Lille, son club formateur.

Mais comment l'équipe, déjà profondément remaniée cet été, pourra-t-elle espérer remonter au classement si elle perd ses trois meilleurs joueurs ?

Avec une masse salariale plafonnée par le gendarme financier, Angers doit régler ces trois dossiers rapidement pour espérer attirer des renforts, tout en sachant que les recrues de janvier susceptibles de signer chez la lanterne rouge seront forcément des paris.

Des ennuis judiciaires en pagaille
Une nouvelle perquisition la semaine dernière a encore mis au jour les tensions internes qui touchent le club depuis l'annonce en février 2020 des poursuites pour agressions sexuelles aggravées contre Chabane et les multiples remaniements qui se sont succédé dans l'organigramme.

Comme lors d'une première perquisition en juin, les enquêteurs s'intéressent aux activités d'agents officieux de joueurs, dont certains ont pu traiter avec Angers.

Assurant qu'il n'avait "rien à se reprocher", le club a pointé, avec des termes parfois très vifs, deux anciens salariés partis ces derniers mois. Si l'un a gardé le silence, l'autre a contre-attaqué, promettant de porter plainte pour diffamation et de contester son licenciement.

Ce dossier viendra s'ajouter à ceux qui s'amoncellent aux prud'hommes, déposés depuis plusieurs années par d'anciens joueurs et dirigeants.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Les Lions de l'Atlas
Marocains du monde Les Lions de l'Atlas

Lions de l'Atlas: Aguerd et Ounahi sont déjà à Maâmora

Foot Ligue Europa

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Info

Retrouvez-nous