Filinfo

Foot

Covid-19? Connais pas!

© Copyright : DR
Qui faut-il blâmer dans cet imbroglio qu’est devenu le match Wydad – Kaiser Chiefs? En premier lieu la CAF.
A
A

Jouera, jouera pas? La programmation du match Wydad – Kaiser Chiefs, comptant pour la première journée de la Champion’s League africaine, est devenue un casse-tête. Initialement prévu à Casablanca, ensuite sur terrain neutre en Egypte, le match va de report en report, au point où l’on peut se demander s’il aura bien lieu un jour.

Qui faut-il blâmer dans cet imbroglio qui ternit l’image du football africain? En premier lieu la CAF. Parce que les restrictions de déplacement liées à des raisons sanitaires n’expliquent pas tout.

Au lieu d'anticiper le problème qui arrivait comme une montagne, la Confédération africaine de football s'est laissé surprendre, naïvement, par deux facteurs: le Covid-19 d'abord, qui a obligé les autorités marocaines à refuser l'entrée de la délégation sud-africaine. Le deuxième facteur s’appelle, bien entendu, les tensions politiques entre le royaume et le pays de Mandela. Ces tensions sont une réalité, certes, mais qui ne doit jamais déborder sur le terrain sportif. Face à la faiblesse de la CAF, ces tensions engendrent beaucoup de faux problèmes, puisque le moindre contretemps est "interprété" et prend dès lors des dimensions folles.

Des confrères sont ainsi allés jusqu’à avancer que le match entre les deux clubs… risquait de se dérouler sur le terrain de la politique. C’est malheureusement un peu le cas, déjà. Le Wydad est pourtant une vieille connaissance du public sud-africain, puisqu’on on ne compte plus le nombre de fois où les Rouges ont croisé le chemin du Mamelodi Sundowns, l’autre grand club sud-africain.

À lire aussi: Officiel: voici où se jouera Wydad-Kaiser Chiefs

Cela veut dire que les relations entre les clubs des deux pays ont toujours été excellentes, leurs confrontations se déroulant dans un fair-play exemplaire et les séjours des délégations aussi. Le problème n’est donc pas là, nonobstant cette tension existant entre les deux pays.

Il faut donc s’en tenir à l’essentiel. Si le Wydad est engagé dans cette Champion’s League, c’est pour la gagner. Les Rouges tiennent d’ailleurs une forme étincelante en ce moment, et ils sont largement leaders en Botola. La CAF le sait et sait aussi que les autorités sanitaires du pays avaient déjà imposé des restrictions liées à des raisons purement sanitaires. La Confédération avait tout le temps pour anticiper et agir sur la programmation du match, et en toute discrétion, avec l’accord quasi acquis des clubs et des fédérations.

Mais les décideurs du football africain n’en ont rien fait, se contentant de multiplier les ultimatums au club marocain. La CAF a dit, en substance, à la partie marocaine: «Covid-19? Connais pas, débrouillez-vous avec les autorités de votre pays et jouez cette rencontre, sinon c’est match perdu 0-2!».

Le résultat, et avec le dernier ultimatum qui expirait dans la nuit du dimanche à lundi, c’est que le Wydad, l’un des favoris de la compétition, risquait de perdre un match sur tapis vert. Et que les relations entre les deux pays allaient encore prendre un coup. Quel gâchis! Quelle injustice, surtout!

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Wydad de Casablanca
Foot Ligue des champions

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous