Filinfo

Foot

Lions de l’Atlas: quelques pistes de réflexion avant la CAN

© Copyright : DR
De l’alternative Diop à la tentation El Aynaoui, passage en revue des derniers chantiers de Walid Regragui avant la grand-messe africaine.
A
A

Dans un mois et demi, plus exactement le 13 janvier, la CAN de Côte d’Ivoire connaitra son coup d’envoi. Cette fois, le Maroc ne se cachera pas. Il a un rang à tenir. Il a des choses à prouver en Afrique, lui qui n’a plus atteint le dernier carré de la CAN depuis 2004.

Si les derniers déplacements des Lions de l’Atlas avaient donné quelques motifs d’inquiétude, comme lors de la défaite en Afrique du Sud (1-2), le voyage à Dar Es-Salam, la semaine dernière, a été plus rassurant. Au-delà de la victoire (2-0), le Maroc a gagné des certitudes.

Prenez un garçon comme Ziyech, le meilleur artificier en exercice des Lions (21 buts, soit quatre de plus qu’En-Nesyri). La question de sa compétitivité se posait avec insistance, étant donné qu’il joue peu en club. Face à la Tanzanie, non seulement il a marqué un but, mais il s’est montré très en jambes.

Ce garçon est une clé. D’autres le qualifieront d’énigme, parce qu’il lui arrive d’être branché sur courant alternatif. Quand on regarde bien ses performances en sélection, on se rend compte qu’il a partout brillé, sauf en Afrique. Ses buts et ses meilleurs matchs ont souvent été réalisés au Maroc ou en Europe.

La CAN, dirait l’autre, ce n’est pas son truc. Il a raté plusieurs éditions, soit en étant éloigné (période Renard), soit en méforme (sous Vahid). Or, pour aller loin, les Lions ont besoin que leur meilleur buteur et inspirateur soit en forme. Le sera-t-il, pour une fois, en terre africaine?

Un premier élément de réponse nous a donc été fourni par sa prestation pleine d’allant à Dar Es-Salam. Et dans des conditions très difficiles: climat humide et terrain lourd.

Il faut simplement croiser les doigts pour que Hakim garde la forme, le mental et ne se blesse pas.

L’autre question qui se posait et se pose encore, concerne l’existence de pièces à rechange par rapport à la colonne vertébrale de cette sélection, surtout au niveau de l’axe central et dans le cœur du jeu.

Nous avons de plus en plus la certitude que, si Ziyech «disparait» de l’animation offensive, un garçon comme Harit peut prendre le relais et assumer cet indispensable rôle d’inspirateur et de «débloqueur».
 
En défense, en revanche, et derrière la charnière Aguerd–Saïss, c’est un peu la bouteille à l’encre. Les solutions Jawad El Yamiq ou Yunis Abdelhamid ont peut-être de l’expérience, mais pas de vécu commun. Des doutes existent à leur niveau. Le temps qu’il reste est bien insuffisant pour lever ces doutes, mais les dernières répétitions avant la CAN seront certainement dédiées aux réglages défensifs et à la création de ce lien technique entre les deux défenseurs cités plus haut.

Si les choses semblent claires en attaque avec, derrière l’inamovible En-Nesyri, des solutions aussi variées que possible (El Kaabi, Ezzalzouli, Adli, etc.), la question de l’entrejeu reste posée. Surtout dans son volet défensif. Derrière Amrabat, il n’y a pas grand-monde.

Et si les éléments les plus jeunes sont toujours en cours d’intégration (cas des talentueux El Khannouss ou Saïbari, voire Richarlison), on attend toujours la «première» de Sofiane Diop. Ce garçon a un profil à la Belhanda et il peut faire un bien fou à cette équipe, notamment dans les phases de transition milieu-attaque.

Et si Regragui a l’intention d’emmener Diop à la CAN, il faudrait le tester au plus vite…

Enfin, et pour la petite histoire, on signalera à l’intention du même Regragui qu’un garçon comme El Aynaoui (le fils du célèbre tennisman à la retraite) est en train d’éclore à Lens, une équipe qui joue la Ligue des Champions. Ce n’est pas rien. 

Le jeune El Aynaoui a un profil de relayeur à la fois physique et technique. De quoi offrir une alternative à Amrabat? Possible. En tout cas, si jamais Walid Regraqui opte pour un invité-surprise parmi la liste des sélectionnés pour la CAN, El Aynaoui se pose déjà en candidat…

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde galatasaray
Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas
Marocains du monde Lions de l'Atlas

Ligue 1: Yunis Abdelhamid va quitter le Stade de Reims


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Info

Retrouvez-nous