Filinfo

Foot

Cheb Hafid Derradji

Hafid Derradji, journaliste à beIN Sports au service de la junte militaire en Algérie. © Copyright : DR
Oui, Derradji n’a pas honte de reconnaître qu’il souffre. Et si ça continue comme ça, il pourrait même écrire une ou deux chansons de raï.
A
A

Hafid Derradji peut le crier haut et fort: il vient de passer les pires deux semaines de sa jeune existence de sbire de la junte au pouvoir à Alger... alors qu’elles devaient en principe être les plus belles. Son cœur et son corps gardent encore les séquelles de sa souffrance, lui qui se targuait d’être assez stoïque pour encaisser l’élimination des Fennecs du premier tour de la Coupe d’Afrique, et suffisamment solide pour survivre à une énième absence de son pays de la Coupe du Monde. Non, Derradji n’a jamais vécu pareille désillusion. Pourtant, tout avait bien commencé. Pour une fois, il avait joué les grands seigneurs et ne s’est pas prononcé sur l’affaire Gassama et le fameux match Algérie-Cameroun. 

Mais il a suffi que Djamel Belmadi sorte de son silence et accuse l’arbitre gambien d’être derrière la défaite des coéquipiers de Riyad Mahrez et que les dirigeants de son pays annoncent qu’ils ont des preuves tangibles, que des pays tiers ont corrompu l’arbitre, pour qu’il se manifeste. Au plus profond de lui-même, il attendait une décision de la part de la Fédération internationale de rejouer la rencontre.

Il se voyait déjà commentant la demi-finale aller de la Ligue des Champions de la CAF entre les Égyptiens d’Al Ahly et les Kabyles de l’Entente sportive de Sétif (qu’il n’a d’ailleurs pas daigné de soutenir), en sortir la voix éteinte à force de crier de joie, fêter dignement l’événement durant tout le weekend, et débarquer dans la foulée sur Twitter pour changer sa photo de profil et mettre une nouvelle avec un costume vert et blanc, narguer Gassama, les Camerounais, Lekjaa et Debbouze. Mais le sort en a voulu autrement. Enfin, le sort, la FIFA, Pierluigi Collina et une consommation abusive de psychotropes aussi.

Oui, Derradji n’a pas honte de reconnaître qu’il souffre. Et si ça continue comme ça, il pourrait même écrire une ou deux chansons de raï. Il a mal à son orgueil, et aux oreilles qui ont reçu un nombre incalculable d’injures de la part de ses maîtres. À ce propos, notre ami veut apporter une petite précision. Il n’en veut absolument pas aux caporaux, ridiculisés avec cette histoire de match rejoué. Depuis quelques années, ils ont pris l’habitude de se retourner les uns contre les autres, s’éliminant les uns les autres dans une partie glauque et interminable (spécial dédicace au général-major Noureddine Mekri, alias «Mahfoud Polisario»). Du coup, pas rancunier pour un sou, notre ami dit aux généraux «Allah isame7» et leur promet un plus grand acharnement contre l’ennemi commun.

Et l’occasion de revenir à ses moutons (noirs) n’a pas tardé. Notre ami était prêt à accepter un petit lot de consolation: voir le Maroc privé de la finale de la Ligue des Champions, après la campagne digitale lancée par certains Égyptiens accusant le président de la FRMF d’être le vrai patron de la Confédération africaine de football. Il se voyait déjà à la manœuvre, donnant une interview à un des médias égyptiens, le sourire aux lèvres et saisir l’occasion pour amortir le prix du fameux costume vert et blanc... Il se voyait déjà lançant une phrase choc sur Lekjaa dont il faut se débarrasser pour libérer le football africain du joug des Mrarkas.

Finalement, le sort en a voulu autrement. Enfin, le sort, le Sénégal (qui s’est retiré), la démocratie (qui a triomphé), et un peu l’Egypte (qui ne s’est pas portée candidate). Oui, Derradji n’a pas honte de le dire: il souffre encore plus. Et si ça continue, il pourrait même écrire une nouvelle version de la célèbre chanson de son compatriote Mohamed Lamine «Kolchi ra7 ra7 et c’est trop tard». 

Mais le plus triste dans cette histoire, c’est que dans la même semaine, le Maroc a accueilli la réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech et l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, a ridiculisé l’ambassadeur algérien, Nadir El Arbaoui. Il y a vraiment de quoi se lancer dans d’interminables complaintes, en maudissant le mauvais sort, le manque de chance et le soleil noir. Un registre est tout indiqué pour cette complainte: le raï. Cabotin en fin de vie dans le commentaire des matchs de football, cheb Derradji a maintenant suffisamment de bouteille et d’échecs pour se relancer dans le raï!

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /


4 commentaires /

  • adil
    Le 15 May. 2022 à 18h29
    de grâce épargnez nous cette épluchure, j'ai vécu (de loin) son rejet par 90% des algériens lorsqu'il a quitté les anales du foot algérien pour le Golf arabe, on ne l'appelait que le traitre, et depuis qu'il s'est mis a taper sur le Maroc, ils l'ont ré-adopté, il se refait une virginité et pour maintenir ce cap il ira de plus en plus loin dans la surenchère contre le Maroc, il tient a se faire reluire par les algérien alors pour cela il est capable de manger du cirage, briller coute que coute et ce Maroc est devenu son fond de commerce, mais un jour il le paiera cher, l'opportunisme se cultive, il ne s'improvise pas
  • Gma consultant
    Le 15 May. 2022 à 13h26
    Ce Derraji est devenu un cancer dans le paysage médiatique du monde des sports. Il ne doit pas être normal comme homme d'abord, car quand on voit le nombre d'échecs subis par ses attaques haineuses et celles de ses maitres généraux algériens contre le Maroc, il doit marquer au moins une pause pour digérer toutes ces défaites sportives, diplomatiques, économiques et socio-économiques etc... Sincèrement à l'instar de la Issaba du palais El Mouradia, ce Derraji est ridicule
  • Driss
    Le 15 May. 2022 à 12h15
    ne mérite pas autant d'intérêt ! A force de s'intéresser à lui,il finira par croire qu'il est effectivement intéressant !
  • Jasmine
    Le 15 May. 2022 à 11h12
    Génial, le pamphlet ! Que ce soit au niveau du sport, de la diplomatie, de l’économie et que sais-je encore..? Ces dz n’en peuvent plus de toutes ces baffes reçues surtout à cause de l’empire Chérifien, eux qui ont dépensé sans compter pour nuire à notre cher pays ! Ça va en effet les pousser à déclamer des vers de Rai , de Rap, de Slam et surtout à émettre des complaintes à longueur de journée. Allah Yahfed Bladna.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous