Filinfo

Foot

Chronique. Dans l’Algérie, cette terrible jungle…

Les Lionceaux de l'Atlas agressés après la finale de la Coupe arabe U17. © Copyright : DR
Les Algériens se sont laissés entraîner dans la guerre des peuples que la junte cherchait à tout prix à leur imposer.
A
A

Dans la jungle, terrible jungle, le Lion a été agressé, hier soir. La chanson du film Disney «Le Roi Lion», légèrement revisitée pour l’occasion, résume parfaitement la barbarie qu’ont subie les joueurs de l’équipe nationale marocaine des moins de 17 ans, à Oran.

Au coup de sifflet final de leur match contre la sélection locale, les joueurs de cette dernière, pourtant vainqueurs, se sont attaqués au gardien des Lionceaux, Taha Benghzel. Les images sont choquantes: l’ensemble de l’équipe algérienne a entouré le portier marocain, lui assénant des coups à la tête et sur le corps. Et pour ne rien arranger, une partie du public a envahi le terrain et s’est attaquée aux jeunes joueurs marocains. Le tout sans que les forces de l’ordre n’interviennent. Où est la sécurité? Il faut bien croire que dans un Etat failli, les rudiments du maintien de l’ordre font défaut.

L’incroyable quantité de haine dégagée, contre des enfants venus s’amuser, dépasse toutes les limites. Dépasse l’invraisemblable. Leur unique «crime»: être Marocains. 

En agissant de la sorte, les joueurs algériens et leurs supporters montrent qu’ils poursuivent, sur un terrain de football, la politique des caporaux au pouvoir, ces vieux séniles, souffrant des pires tares psychologiques et physiques, qui n’ont qu’un objectif: porter des coups à n’importe quel prix contre le Royaume millénaire qui leur renvoie l’image d’un pays, créé et nommé par la France, et qui a à peine l’âge d’un nourrisson à l’échelle des Etats.

Des genres de Scar assoiffés de pouvoir et de légitimité, écartés et isolés sur la scène internationale, et jaloux des rois Mufasa et Simba, qui œuvrent pour la paix et la prospérité entre les peuples de la savane. 

Comme dans le film, leur rancœur les pousse à s’allier aux hyènes (les séparatistes du polisario) pour nuire au Royaume. Mais, la junte ne sait pas que c’est cette même alliance qui allait causer sa propre perte. 

Il y a des décennies, feu Hassan II disait qu’«entre le Maroc et Tunisie, il y a un grand zoo». Les événements d’hier lui donnent raison, comme en témoigne le message sidérant du président algérien Abdelmadjid Tebboune posté sur son compte Twitter après le match (ou le combat): «Des Lionceaux qui étaient des Lions sur le terrain. Merci, champions arabes, pour ce que vous avez donné. Félicitations à l'Algérie pour la Coupe arabe des jeunes.» Pauvre bonhomme, indigne de la fonction présidentielle.

Le chef d’état-major, Saïd Chengriha, lui a emboité le pas, apportant la preuve qu’un terrain de foot est devenu une aire de combat pour les gérontes qui règnent dans la jungle algérienne.

Et les Algériens dans tout ça? Malheureusement, il se sont laissés entraîner dans la guerre des peuples que la junte cherchait à tout prix à leur imposer.

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Championnat arabe de cyclisme sur piste
Foot Mondial de football pour amputés

7 commentaires /

  • adil
    Le 09 Sep. 2022 à 17h28
    aucun respect de soit en premier, ignorent-ils que ce que nous voyons sur ces images, c'est vu par la moitié de la planète et une partie de cette moitié de planète se fera son idée sur cette espèce haineuse dès qu'il s'agit de leur voisin, ensuite aucun respect de l'étranger sur leur sol, et comment faire abstraction de ce comportement non de hooligans mais de voyous sauvages, quant a la police, elle se fait absente car elle ne peut prendre la défense du "marocain". A ce sujet, y a de quoi se faire une idée sur comment vivent au quotidien les familles marocaines dans ce pays, ils doivent raser les murs contrairement aux algériens du Maroc qui sont épanouis et pour une fortune, ils n'iront pas dans leur pays d'origine, pourtant là, il s'agit de sport le noble art qui apaise et non qui enrage
  • maghribikoh
    Le 09 Sep. 2022 à 14h14
    non à la participation marocaine à Alger lors de la réunion ligue arabe,craindre le pire,il se peut que le pouvoir criminel fasse intervenir benbetouch ,le chien fidèle d'alger et ses autres chiens valetsario pour agresser la délégation ma ,donc s'abstenir d'assister,le signe de la rage est clair ,la haine dz est permanente ,donc aucune confiance!
  • Araboberberes
    Le 09 Sep. 2022 à 13h52
    Ce n'est pas tout,le pire ce sont des malades ,ils sont tellement enfermés derrière la doctrine de la mafia,qu'ils veulent que des victoires coutent que coute sans mérite. Il y avait des antécédents avec les Égyptiens, dernièrement le Cameroun. UAEF doit leur être retiré la coupe,l'image honteuse des Arabes est exposée au monde, il faut revoir le match par des techniciens et juges arbitres et rendre justice à l'éducation islamique.
  • KHATTABI Abdelkrim
    Le 09 Sep. 2022 à 13h27
    Horde de sauvages, la meute est lâchée par un président usurpateur et un caporal haineux. Bienvenue aux pays des caporaux détraqués !
  • Mohamed
    Le 09 Sep. 2022 à 13h10
    Ce n'est pas toujours évident de jouer un match contre les graines de BOUSBIR.
    De surcroit un match final.
  • Omar
    Le 09 Sep. 2022 à 12h58
    J au souvent utilisé le mot kouloughli dans mes commentaires..si je l ai fait c est à bon escient et je voulais rester poli mais les événements me donnent raison ..pour ceux qui ignorent la signification de ce terme ,je les invite à faire des recherches..que voulez-vous un chien batard ne peut enfanter un lévrier..donc un kouloughli ne peut enfanter qu un autre kouloughli...
  • JAAFAR
    Le 09 Sep. 2022 à 12h27
    La honte des ARABES ? Ce sont DES BARBARES . Les lâches ,tout un stade contre 11 enfants marocains.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Info

Retrouvez-nous