Filinfo

Foot

Ces Lions de l’Atlas qu’on adore détester 

Le onze de départ du Maroc face au Ghana, le mardi 8 juin 2021. © Copyright : DR
Il aura suffi de deux matchs pour que notre véritable sport national reprenne ses droits: critiquer à tort et à travers, vilipender, insulter, pointer du doigt et désigner un coupable commode, plusieurs si possible. 
A
A

Mais que se passe-t-il avec l’équipe nationale? Ou plutôt, que se passe-t-il avec son sélectionneur Vahid Halilhodzic? Le Maroc du football est en train de vivre un véritable psychodrame après le dernier rassemblement des Lions de l’Atlas. 

Il aura donc suffi de deux petits matchs amicaux, remportés par les coéquipiers d’Achraf Hakimi qui plus est, face au Ghana (1-0) et contre le Burkina Faso (1-0), pour que les réflexes usés retrouvent toute leur vigueur. Pour que notre véritable sport national reprenne ses droits: critiquer à tort et à travers, vilipender, insulter, pointer du doigt et désigner un coupable commode, plusieurs si possible. 

Et voilà que l’on reparle du «salaire indécent» du sélectionneur qui, curieusement, ne l’était pas une semaine avant ce rassemblement. Et voilà que l’on ressort la rengaine sur la motivation et le patriotisme des joueurs, surtout ceux nés ou évoluant à l’étranger... ceux-là mêmes qu’on portait aux nues il y a encore quelques jours. 

Certes, les Lions de l’Atlas n’ont pas brillé. Certes, le groupe a souffert de graves problèmes de cohésion. Certes, les récentes sorties médiatiques du sélectionneur, surtout celles où il parle du sacre africain des Fennecs, sont au mieux maladroites et grotesques, au pire irresponsables et irrespectueuses. Mais de là à faire du Bosniaque un pseudo-criminel, coupable d’avoir porté atteinte à l’honneur et à l’image du Maroc. Il y a quelque chose d’excessif et de malsain dans cette attitude. L’honneur du football marocain est-il si fragile qu’il tient aux déclarations de Vahid? L’image du football vert et rouge est-elle suspendue aux chiffres affichés sur un tableau électronique?

Cela rappelle étrangement le déchaînement des médias (et même des politiques) français au lendemain de la débâcle sud-africaine au Mondial 2010. Il y était question de joueurs gâtés, gavés, surpayés, puis de mauvais citoyens indignes de représenter leur pays, et enfin de traîtres à la nation du fait de la couleur de peau, de leurs origines ou de leur religion. Est-ce là où nous voulons en arriver? Est-ce cette attitude que nous voulons copier? Nous ne le pensons ni ne l’espérons. 

Oui, nous avons été déçus par les dernières prestations des Lions. Effectivement, Vahid Halilhodzic et ses joueurs ne sont pas exempts de tout reproche. Mais les choses s’arrêtent là. Laissons-leur le temps de travailler, d’apprendre de leurs erreurs, de s’améliorer. Rome ne s'est pas faite en un jour. Le football marocain ne fera pas mieux. 

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /


1 commentaires /

  • bedji
    Le 19 Jun. 2021 à 17h23
    Aucun jeu collectif dans l'animation collective, cela fait longtemps que c'est comme ça mais cela s'est particulièrement ressenti sur les derniers matchs et individuellement on ne voit pas de talent technique capable d'effacer un défenseur, on ne voit pas d'appel de balles intéressant. il ne faut absolument pas se faire d'illusion pour la suite s'il n'y a pas de prise de conscience de ce désastre et une correction surtout et sans attendre, on est en retard!
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous