Filinfo

Foot

Le foot marocain et les présidents bienfaiteurs

© Copyright : DR
Cher président bienfaiteur, si t'es souvent seul avec tes problèmes, c'est parce que, souvent, le problème, c'est toi.
A
A

Les Marocains et surtout les passionnés du ballon rond ont vraiment de bonnes raisons d’être heureux. Grâce en soit rendue à la semaine passée et à sa multitude de bonnes nouvelles. La première est tombée du ciel, littéralement. Après des semaines d’attente, la pluie était de retour dans plusieurs régions du Royaume au grand bonheur des agriculteurs. Cela fait toujours plaisir, même si on sait que ces petites averses ne rempliront pas les barrages qui sont aussi vides que les gradins de la Botola en ces temps de Covid-19. 

La seconde bonne nouvelle, elle, n’a rien de banal. C’est même un événement! Oui, une équipe marocaine a réussi à ramener une première victoire d’Algérie en compétitions interclubs de la CAF. Le Raja de Marc Wilmots, critiqué tout au long de la semaine passée, a battu l’Entente sportive de Sétif (1-0), vendredi dernier, dans le cadre de la 2e journée de la phase de groupes de la Ligue des Champions. 

Pourtant, les dirigeants des Verts ne se bercent pas d’illusion. Ils se doutent que ce succès n’était qu’un écart de conduite. C’est comme un mannequin qui, au sortir d’un défilé, s’autorise un smarties. Pas le paquet entier, juste un seul bonbon. Résultat: ils limogent l’entraîneur belge dans la foulée. 

Est-ce une bonne décision? Le Comité directeur ne s’est-il pas trompé en limogeant Lassaad Chabbi? Les présidents des clubs marocains ne considèrent-ils pas le changement d’entraîneur comme une parure ostentatoire, dont la raison d’être se limiterait à satisfaire la lubie de quelques fans en colère? Le vrai problème ne réside-t-il pas en des dirigeants aveuglés, qui s’obstinent à porter des costumes mal taillés? Bon, là, on s’égare un peu. 

Mais cette info va nous faire retrouver le sourire: «le Maroc a remporté la CAN». Youpiiii! Non, vous ne rêvez pas. L’équipe nationale est bel et bien championne d’Afrique. Elle a remporté le titre après sa victoire sur l’Afrique du Sud (1-0), ce dimanche au Stade des Martyres de Kinshasa (RD Congo). 

Euh, non, il y a erreur… La CAN vient de se clôturer au Cameroun et c’est le Sénégal qui a décroché son premier sacre en battant l’Égypte de Mohamed Salah en finale! 

Décidément, après la débâcle des Lions de l’Atlas à la CAN 2021, on a tendance à se mélanger les pinceaux et les idées. 

Donc, l’événement n’avait rien à voir avec les hommes de Vahid Halilhodzic, chose qui nous aurait un peu surpris d’ailleurs, mais ça concernait la victoire de l’équipe nationale féminine scolaire en finale du premier championnat scolaire de la FIFA. 

Et puis bof! On ne va pas faire la fine bouche. Un championnat scolaire, c’est toujours ça de pris. On dira que ce sera le tour de chauffe pour les prochaines compétitions, mais surtout que le Maroc a enfin compris la formule gagnante: la formation des jeunes et un programme «Sport-Études» digne de ce nom.

Il y a quelques années, pour ces jeunes championnes, la chute aurait été très douloureuse. Elles auraient connu le même sort que la génération des Bendamou, Doulyazal et Chihi, demie finaliste du Mondial des jeunes en 2005. Ces étoiles filantes qui ont illuminé, pour quelque temps seulement, le ciel marocain et dont la majorité d’entre eux n’ont pas percé au plus haut niveau. Mais, récemment, la FRMF a mis le point sur la principale raison de l’échec des différentes sélections nationales: la faiblesse de la politique de formation. En plus d’avoir dopé les infrastructures, elle a mis en place un programme de formation continue, de recyclage et de perfectionnement des cadres pour leur permettre d’améliorer leurs connaissances techniques et managériales à travers l’utilisation des nouvelles technologies et la gestion rationnelle des moyens. Et sans surprise, les résultats suivent. 

Seulement, ce chantier gigantesque est éclipsé par le niveau pitoyable du championnat marocain. Regarder une rencontre de Botola, c’est être sûr de gâcher 90 minutes de son temps. Des matchs nuls à répétition, zéro spectacle, aucun suspense… la Botola fait pitié.

Jusqu’à quand la FRMF continuera à tout miser sur cette compétition (25% du budget annuel de la fédé est attribué à la LNFP, ndlr)? Elle est, certes, la vitrine du football marocain avec l’équipe nationale, mais elle tarde à faire sa mue et elle est difficilement commercialisée à l’étranger.

Pour changer la donne, l’instance dirigeante du football vert et rouge devra renforcer l'organisation et les capacités des clubs pour en finir une bonne fois pour toute avec le modèle du président «moul chekara». Ces Vautours qui surendettent leurs équipes avant de sortir, comme par enchantement, des dizaines de millions de dirhams pour, soi-disant, acter la fin de la crise. Du jamais vu!

Cher président bienfaiteur, si t'es souvent seul avec tes problèmes, c'est parce que, souvent, le problème, c'est toi.

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /


2 commentaires /

  • Amblat Joao
    Le 22 Feb. 2022 à 19h10
    Je suis tombé par hasard sur l'Article de Adil Azeroual et je reprends l'introduction :si t'es seul avec tes problèmes, c'est parce que, souvent, le problème ,c'est toi. C'est bien vrai.
    Comment se comporte le Hand ? J'ai été Champion du Maroc en














    J'ai parcouru votre article mais j'ai surtout retenu l' introduction ;"si t'es souvent seul avec tes problèmes,c'est parce que, souvent, le probl ème c'est toi"
    Moi, je suis né en 1941 à Tanger qui avait des équipes de foot qui jouaient dans des championnat d'Espagne. (hadi mouda! )
    En ce qi me concerne j'ai surtout joué au Hand Ball. J'ai été en 1962,avant de rentrer
    en France, champion du Maroc avec le CNROM ou mes équipiers et adversaires s'appelaient
    Ignatiew,Ruiz,Chabab,Bel Bachir, Belhahj,Massardier,Moufid,Lopez,Anton,Fofana Massardier,Moufid,Lopez.Anton,Anyama,Fofana,Dehbi,...
    ,
    Qu'en est il du Hand Ball Marocain aujourd'hui. .;;
  • Red Lion
    Le 22 Feb. 2022 à 02h06
    Voila le genre d'articles qui font avancer les choses, ceux qui en finissent avec l'autosatisfaction ambiante en se cachant derriere l'arbre qui lui même tente de cacher la forêt. On gagnerait à voir notre presse devenir plus mordante, plus sans concéssions plus sans pitié avec tous ce qui empêche la marche en avant de de notre pays. Les grands matchs se jouent sur des détails et si vous me demandiez quel est celui qui a fait pencher la balance en faveur de l'Egypte lors du dernier quart à la CAN, je dirais sans hésiter que c'est le fait que l'équipe des pharaons est essentiellement composée de joueurs qui allaient retourner en Egypte apres la CAN, alors que les notre ne feront que transiter par le pays avant de rejoindre leurs huppés championnats. Regardez les algériens, ils ne sont même pas passé par la case Algérie. Pourquoi faire aprés un tel fiasco me direz-vous ?
    Nous ne sommes pas des supporters de la victoire mais plutot des amoureux de notre pays et de notre équipe et on veut que son football progresse sans cesse, sinon c'est déja le début de la fin.
    Sans compter qu'en dépit des éfforts colossaux qui ont été consentis par le Maroc pour professionnaliser ce sport, notre botola est tjrs incapable de nous sortir des joueurs locaux qui ont le niveau de la nationale. A la seule exception de Badr bennoun peut-être et pourtant il n' y est pas souvent, alors que c'est plus fort plus complet que Chakla et samy Mae réunis.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération


Chargement...

Chargement...

Retrouvez-nous