Filinfo

Botola

Raja: Hasbane prêt à jeter l’éponge dans le respect de la légalité

© Copyright : DR
Kiosque360. Le président du Raja, Said Hasbane, ne creusera pas lui-même sa tombe en convoquant une assemblée générale extraordinaire du club. Mais si les adhérents qui lui cherchent noise réunissent les conditions légales d’une AGE, il serait prêt à remettre son tablier.
A
A

Après la rétractation surprise de l’entraîneur algérien Abdelhak Benchikha, qui n’aura finalement passé que 10 jours en tant qu’entraîneur du Raja, la pression est à son summum sur le président du club vert, Said Hasbane. Dans la guerre des tranchées que lui livre un groupe d’adhérents rajaouis, qui exigent son départ depuis plusieurs mois, il vient de lancer un dernier défi pour qu’il accepte de quitter prématurément la présidence du Raja.

D’après les informations rapportées par le quotidien Assabah dans son édition du week-end des 17 et 18 juin, et sur la foi de sources proches de Said Hasbane, ce dernier s’est dit prêt à quitter le «Potemkine» rajaoui, où des «émeutiers» n’en finissent pas de semer la zizanie.

Cependant, Hasbane pose une condition sine qua non, pour ne pas être accusé, demain, d’avoir coulé le Raja qu’il a trouvé en situation de quasi-naufrage. Il exige en effet que la loi soit strictement respectée pour réaliser les conditions de la convocation d’une assemblée générale extraordinaire, qui débouchera sur son départ.

Selon le quotidien, Hasbane conditionne la tenue d’une AGE à un quota de signatures dûment légalisées de la majorité absolue des adhérents du Raja. Ces adhérents doivent également remplir tous les critères juridiques (paiement des cotisations, cartes d’adhérents…) pour que leur signature soit comptabilisée.

Autant dire que le chemin à parcourir pour parvenir à la destitution du successeur de Mohamed Boudrika reste encore long. En effet, jusqu’à vendredi dernier, les adhérents anti-Hasbane n’ont réussi à glaner que 68 signatures sur les quelque 252 adhérents que compterait actuellement le club.

Pour sa part, Abdelhak Benchikha, qui détient désormais le record du plus éphémère entraîneur de la Botola, a confié à Assabah qu’il va quitter le Maroc. Il dit vouloir ne pas s’immiscer dans les affaires du Raja et partir sur une bonne note de fraternité et d’hospitalité qui ne lui ont jamais fait défaut de la part des Marocains.

Par Mohammed Ould Boah
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Aouzal
Botola Aouzal

Mohamed Aouzal: "Hasbane croyait qu'il présidait le Real Madrid, et non le Raja"

Botola crise du raja
Botola crise du raja

Le total des dettes du Raja s’élève à 100 millions de dirhams

Botola crise du raja
Botola crise du raja

Raja: Aouzal demande aux joueurs de renoncer à 40% de leur dû


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Soyons réalistes, demandons un miracle!

Kiosque

Le Maroc a gagné une équipe d’avenir

Les lions ont stressé le président portugais

Ça se gate entre Benatia et Hadji

Lions de l'Atlas: autopsie d'une élimination

Mondial 2030: Le Maroc en solo?

120 millions de dirhams pour le Mondial russe

Mondial 2018: le Maroc sort la tête haute

Mondial 2018: la VAR fait polémique

Ahadad officiellement au Zamalek

Portugal-Maroc, à quitte ou double