Filinfo

Marocains du monde

Vidéo. Betis: Feddal, tous ses coéquipiers derrière lui

Lors du match Betis Séville-Real Madrid, les joueurs andalous ont eu une pensée spéciale pour Zouhair Feddal. Tee-shirt, dédicace… le défenseur marocain manque aux Verdiblancos.
Les joueurs du Betis Séville ont eu une pensée spéciale pour Zouhair Feddal lors de leur match perdu contre le Real Madrid dimanche.

Au moment des échauffements, les hôtes ont porté un maillot floqué avec l’inscription «Animo Zouhair Feddal» qui peut être traduite par «Bon rétablissement».

Et ce n’est pas tout. Au moment où Aissa Mandi marque à la 33e, il réalise la célébration traditionnelle de Feddal (vol d’oiseau mimé avec les mains). L’international algérien et le Lion de l’Atlas s’entendent à merveille et forment une charnière défensive solide.

Le défenseur marocain (14 sélections) s’est rompu les ligaments croisés, le 3 février lors du match Betis-Villarreal (2-1). Il est forfait pour le restant de la saison et devrait manquer la Coupe du Monde en Russie.

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Real Madrid
Marocains du monde Real Madrid

Vers un échange Hakimi-Lo Celso?

Marocains du monde Mercato
Marocains du monde Mercato

Levante veut Feddal, le Betis s’y oppose

Marocains du monde Liga
Marocains du monde Liga

Feddal, une revanche à prendre


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

La 23e journée sera jouée le 1er avril

Bataille juridique sur le transfert de Sala

Un Onze-type marocain contre l'Argentine

Les U23 n’iront pas à Tokyo

7000 tickets pour le match DHJ-WAC

Messi a blessé ses supporters marocains

Ziyech, le présent-absent à Tanger

Après le match, la bagarre à Temara

Messi absent à Tanger, c'était écrit

Même les Fennecs manquent un chef de file