Filinfo

Foot

Les clubs marocains ne joueront plus sur plusieurs fronts

© Copyright : DR
Kiosque360. En raison des inextricables problèmes de programmation que connaît la saison de football cette année, la FRMF est intervenue pour encadrer la participation des clubs marocains dans les compétitions arabes et africaines.
A
A

La Fédération royale marocaine de football n’en peut plus avec tous les problèmes de programmation que connaît la saison actuelle de football. En raison de la double participation de quelques clubs, notamment le Raja et le Wydad de Casablanca, dans les compétitions africaines et arabes, la Ligue nationale de football professionnel n’a pas d’autres choix que de décaler les dates de certains matchs.

Justement, pour résoudre cette problématique, la FRMF compte encadrer la participation des clubs marocains dans les compétitions internationales, rapporte le quotidien arabophone Al Massae dans son édition du jeudi 27 février.

D’après les sources d’Al Massae, la FRMF interdira aux clubs marocains la participation dans les compétitions africaines en même temps que la coupe arabe des clubs, et ce à partir de la saison prochaine.

Ainsi, les deux premiers du classement de la Botola participeront obligatoirement à la Ligue des champions africaine. Le club arrivé troisième en Botola, et le vainqueur de la coupe du trône joueront la coupe de la CAF. Ces nouvelles règles permettront aux autres clubs de participer à la coupe arabe des clubs et de ce fait éviter le report systématique des rencontres.

La présente saison de football aura été une année spéciale en matière de programmation. A ce jour, sur 17 journées jouées en Botola, seulement 2 journées ont été jouées en leur temps. Pour les journées restantes, la FRMF a dû reporter une grande partie des rencontres, suite à la participation des clubs marocains dans l’une des compétitions africaines ou arabes.

Suite à ces chamboulements répétitifs de calendrier, les clubs ne participant à aucune compétition internationale sont montés au créneau pour dénoncer cette situation. Ces derniers sont les plus grands perdants dans la mesure où ils se sont retrouvés en chômage technique, parfois durant 3, voire 4 journées.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous