Filinfo

Foot

Vidéo. Le derby maghrébin tourne à la bagarre générale

Une bagarre générale a éclaté, hier à Radès, entre les Lions de l’Atlas et les Aigles de Carthage. Mauvais perdants, les Tunisiens ont provoqué les coéquipiers de Fayçal Fajr au coup de sifflet final.

En quatre jours, les Lions de l’Atlas ont créé un double exploit: ils ont battu pour la première fois de leur histoire le Cameroun, vendredi dernier à Casablanca, et remporté leur première victoire à Radès contre les Aigles de Carthage, hier.

Si la première rencontre s’est bien terminée, la seconde, elle, s’est poursuivie au-delà des 90 minutes.

Au coup de sifflet final, le gardien des locaux, Farouk Ben Mustapha, s’est violemment attaqué au milieu de terrain marocain, Fayçal Fajr.

Manuel Da Costa est alors intervenu pour défendre son coéquipier, avant qu’une bagarre générale n’éclate.

Selon nos sources, la baston a continué dans le tunnel qui mène aux vestiaires. Le vrai derby maghrébin s’est joué en dehors de la pelouse de Radès. 

 

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Flashback
Foot Flashback

Vidéo. Les Lions en finale de la CAN, c'était il y a 15 ans!

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Vidéos. Maroc vs Tunisie en 5 bagarres inoubliables

Foot Tunisie-Maroc
Foot Tunisie-Maroc

Après la bagarre, les excuses de la Tunisie


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Baptême de feu olympique pour les U23

Où vont les milliards du football marocain?

Place aux quarts des coupes africaines

Zidane rouvre le dossier Sadio Mané

124 clubs de basket soutiennent Aourach

La supercoupe, dernier espoir pour le Raja

Du renfort chez les Lionceaux U23

Mbappé et le Real négocient déjà

Le DHJ très remonté contre la FRMF

La sévérité de la FRMF décriée