Formulaire de recherche

Mondial 2026: les dérives de Trump favorisent candidature marocaine

Donald Trump

© Copyright : DR

Posté le 14/01/2018 à 20h15 par Fayçal Ismaili (Mise à jour le 15/01/2018 à 11h13)

Kiosque360. Alors que la candidature présentée par les Etats-Unis, le Mexique et le Canada pour l’organisation du Mondial 2026 part favorite face au dossier marocain, beaucoup d’observateurs voient dans les dernières déclarations controversées de Donald Trump un sérieux coup de pouce pour la candidature marocaine.

Et si la candidature nord-américaine échouait à cause des sorties intempestives et racistes du président des Etats-Unis, Donald Trump? Ce n’est en tout cas pas la dernière révélation sur le locataire de la Maison Blanche qui aurait qualifié Haïti et les pays africains de «pays de merde» qui vont accroitre le prestige de la candidature nord-américaine à l’organisation de la Coupe du monde 2026, croit savoir le journal Al Akhbar du lundi 15 janvier.

Les déclarations de Donald Trump auraient fortement déplu aux dirigeants de la FIFA, d’autant que plusieurs des pays visés par les déclarations racistes du président américains prendront part au Mondial 2026, puisque sept pays africains participeront à ce Mondial à quarante-huit équipes. Face au mauvais coup de com’ soulevé par les déclarations de Trump, les dirigeants du football nord-américain sont montés au créneau pour tenter d’éteindre le feu.

C’est ainsi que le président canadien des Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), Victor Montaliani, s’est empressé de publier un post sur Twitter où il a réitéré son respect pour les pays visés par Donald Trump. «Dans le monde du football, nous savons que la diversité des expériences et des parcours est une force pour l’équipe. La famille de la Concacaf se dresse aux côtés des Haïtiens, des Salvadoriens et du monde entier», a écrit le responsable canadien, qui a insisté sur le fait que «le monde entier était le bienvenu dans un stade de football».

Posté le 14/01/2018 à 20h15 Par Fayçal Ismaili